dimanche 28 février 2010

La tolérance existe une preuve.

El Andalous: 3 grandes religions, cohabitation et tolérance exemplaires

Je suis un Européen du Sud, pour moitié andalou, autant dire à demi-musulman. Je sais trop ce que notre vieux continent doit à l'islam espagnol, et d'abord le retour à la raison grecque. [...] Non seulement les musulmans d'Espagne ouvrirent à la raison un espace où Averroès, Avicenne et Maïmonide s'aventurèrent hardiment, ils furent également médecins, géographes, astronomes, historiens, mathématiciens, alchimistes et physiciens, architectes miraculeux, musiciens raffinés, jardiniers délicats, horticulteurs et artisans subtils. Durant près de cinq siècles, les califes et les émirs ont tenu école de tolérance, défendant les juifs, accueillant les chrétiens, cohabitation sans exemple en ces temps de fanatisme. Cet héritage, je fais plus que l'accepter, j'en tire fierté.

Michel del Castillo

Source Eva Communion Civilisation

Palestine Image qu'Israël cache

Voici des images qu'Israël ne veux pas vous montrer

Haïti Manuel pour détruire un pays

par Luis BRITTO GARCÍA
Traduit par R.V. Édité par Fausto Giudice


1. Quand, naviguant sans savoir où tu vas, tu trouves une terre, affirme que tu l’as découverte et extermine tous ses habitants.

2. Si, une fois les habitants exterminés, tu ne trouves personne qui travaille gratis pour toi, enlève des centaines de milliers d’Africains et convertis-les en esclaves, jusqu’à avoir une proportion de 8 esclaves pour un colon.

3. Pour les dompter, donne-leur du fouet sur le dos et mets-leur une religion dans le crâne qui les force à adorer leurs exploiteurs.

4. Viole les femmes esclaves et confie aux mulâtres qui naissent les pires tâches de répression envers leurs frères.

5. Afin de mettre en évidence la supériorité morale des maîtres, remets le pays aux mains des flibustiers de l’île de la Tortue commandés par le pirate Du Casse, en 1697.

6. Augmente l’exploitation jusqu’à ce qu’ Haïti, en 1791, produise 89 000 tonnes de sucre, plus que la Barbade, la Jamaïque et Cuba réunis, tout en t’assurant que pour les producteurs, la vie soit la plus amère du monde.

7. Proclame la Liberté, la Fraternité et l’Egalité dans la métropole française en 1789, mais quand les esclaves se soulèvent pour réclamer la même chose en 1791, envoie une expédition de 40 000 hommes (en 1801) pour empêcher que les Haïtiens soient traités en hommes et en citoyens

8. Accepte en 1816 l’aide généreuse d’Haïti pour obtenir l’Indépendance de l’Amérique Latine, mais oublie de l’inviter au Congrès de Panama en 1826.

9. Après que les esclaves insurgés ont mis en déroute les 40 000 envahisseurs en 1804, attends jusqu’en 1826 pour reconnaitre leur Indépendance, en échange d’une indemnisation de 150 millions de francs-or à payer, non pas aux esclaves, mais à leurs anciens maitres.

10. Attends que cette dette démolisseuse détruise ce qui n’a pas été dévasté par la guerre de libération, et favorise en 1915 une invasion des USA, qui occupent le pays jusqu’en 1934.

11. Pendant cette occupation militaire, fais avancer les privatisation: privatisation de la nature (en 1925 60% des forêts étaient détruites, aujourd’hui 98%), privatisation de la société (80% de pauvreté), privatisation de l’éducation (52% d’analphabètes), privatisation de la santé (mortalité infantile de 110 pour mille), privatisation de la terre (70% des agriculteurs n’en possèdent pas), privatisation de la sécurité sociale (les pensions de vieillesse et le droit de grève sont abolis), privatisation des salaires (1,50 dollar par jour), privatisation des bénéfices (les investisseurs obtiennent des retours sur investissements de 500%), privatisation du commerce (70% des exportations vont vers les USA), privatisation des iles (les îles Cayémites et La Tortue ont été bradées), privatisation des droits de l’homme (30 000 opposants disparus en 15 ans), privatisation du sang (acheté 3 dollars le litre et revendu 25 dollars le litre.)

12. Au moment de retirer les troupes, laisse le pays occupé par des dynasties de dictateurs brutaux qui assassinent tous ceux qui luttent pour améliorer le niveau de vie, pour les réformes sociales ou pour la démocratie.

13. Si un candidat gagne des élections démocratiques, appuie un coup d’État qui le renverse, l’enlève et l’exile.

14. Après le Coup d’Etat, privatise la « Minoterie d’Haïti » et « Ciment d’Haïti », les entreprises de farine blé et de ciment, et vends-les à une entreprise de Kissinger, pour qu’en cas d’urgence les Haïtiens n’aient ni pain ni ciment pour reconstruire leur pays.

15. Si le dictateur qui a envoyé le démocrate en exil est démis par le peuple, envahis de nouveau Haïti avec 18 bateaux de guerre, 2 porte-avions nucléaires, des dizaines d’hélicoptères Blackhawk, des véhicules blindés et 6000 soldats criant : « Nous ne sommes pas en guerre ; nous venons restaurer la démocratie et apporter de l’aide humanitaire. »

16. Une fois le dictateur restauré, laisse de nouveau le pays occupé par les forces militaires de l’ONU.

17. Si, malgré tout cela, le président élu démocratiquement et démis revient de l’exil et gagne de nouveau les élections en 2001, empêche l’arrivée de toute aide extérieure, impose un blocus, appuie un nouveau coup d’État, enlève le démocrate et envoie-le en exil en Afrique du Sud.

18. Occulte les dénonciations comme celle de Marguerite Laurent, du Réseau de Leadership des avocats haïtiens (HLLN), et avocate de Jean Bertrand-Aristide, qui soutient : « Il a été prouvé que les USA ont découvert du pétrole à Haïti il y a des décennies et que, du fait des circonstances géopolitiques de cette époque, ils ont décidé de garder le pétrole haïtien en réserve pour quand celui du Moyen-Orient sera épuisé. » Ceci est détaillé par le Dr. Georges Michel dans un article daté du 27 mars 2004, dans lequel il résume l’histoire des explorations et des réserves pétrolières d’Haïti, et dans les recherches de Ginette et Daniel Mathurin. Il y a aussi des preuves que ces mêmes grandes entreprises pétrolières US , les monopoles d’ingénierie et les sous-traitants de la Défense qui leur sont liés ont fait des plans, il y a des décennies, pour les eaux des mouillage d’Haïti, soit pour installer des raffineries de pétrole soit pour développer des installations de stockage de pétrole brut, qui serait ensuite transbordé à bord de petits pétroliers pour être acheminé vers les USA et les ports des Caraïbes. Tout ceci est détaillé dans un document sur la Dunn Plantation de Fort Liberté à Haïti (Cynthia McKinney: Global Research). Lire ici

19. Utilise contre le pays, sans déclaration de guerre, tout le répertoire des armes psychologiques, chimiques, bactériologiques, virales, climatiques et tectoniques que peuvent produire les laboratoires du mal.

20. Quand la catastrophe naturelle s’abat sur un peuple qui a supporté tant de catastrophes politiques et sociales, occupe ses aéroports et ses points stratégiques avec des unités de la IVème flotte, de la 82ème division aéroportée, 20 000 marines armés et 3500 soldats supplémentaires de l’ONU, pour empêcher l’arrivée de secours, achever par balles ceux que le séisme n’a pas exterminés et convertir le pays en base militaire.

Une fois ce pays immolé revenu à l’esclavage, n’oublie pas que ce manuel est à format unique et s’applique à tous les pays du monde, avec la seule différence que c’est chacun à son tour.

Source TLAXCALA

samedi 27 février 2010

Palestine I Resist

Merci à Sihem Qu'importe et Ayman Quader pour ce vidéo

Colombie et la répression

DÉCOUVERTE DE LA PLUS GRANDE FOSSE COMMUNE DU CONTINENT

Le recours aux paramilitaires est une stratégie de l’État. « Ils m’ont dit de couper le bras à une jeune femme, elle nous implorait de ne pas le faire, disant qu’elle avait des enfants » dit le « para » Francisco Villalba. « Nous avons décapité (…) une stratégie pour semer la terreur », avoue l’autre, Éver Veloza alias « HH »

La plus grande fosse commune de l’histoire récente d’Amérique vient d’être découverte en Colombie. La fosse commune contient les ossements d’au moins 2000 personnes, elle se situe dans la commune La Macarena, département du Meta. Plusieurs habitants avaient déjà alerté de nombreuses fois en 2009, en vain…puisque le Ministère Public n’a jamais procédé à des recherches. C’est la persévérance des parents de disparus et la visite d’une délégation britannique (syndicalistes et parlementaires britanniques) qui faisait des investigations sur la situation des droits de l’homme en Colombie, en décembre 2009, qui a permis de découvrir ce crime affreux perpétré par les forces militaires et paramilitaires d’un État qui leur garantit l’impunité. Un État qui pratique la terreur et les massacres pour rendre plus facile le pillage par les multinationales, en faisant disparaître et en réprimant ceux qui osent revendiquer leurs droits.

Il s’agit de la plus grande fosse commune du continent: Par centaines, par milliers des êtres humains y ont été ensevelis anonymement depuis 2005 par l’Armée qui occupe la zone. Pour trouver une fosse de cette ampleur, il faut remonter jusqu’au temps de la barbarie nazie : Son importance révèle que la pratique macabre des disparitions forcées, exercée par l’Armée et son outil paramilitaire, est encore plus horrible que nous ne le savions déjà. Le caractère génocidaire de l’État colombien exige de toute urgence une mobilisation de solidarité, afin que les hauts fonctionnaires criminels de l’État et des multinationales paient pour leurs crimes contre l’humanité.

La suite de l'article ICI Le Tacle

Un Pirate du cyberespace défie les grandes entreprises

Un "Robin des bois" virtuel défie les grandes entreprises

Les médias l'appellent le «Robin des bois des temps modernes».Il se fait appeler Neo, en référence au film Matrix. Mais ce hacker anonyme, qui se trouverait en Grande-Bretagne, a déjà hérité d'un autre sobriquet, le "Robin des bois des temps modernes". Afin de démontrer que la crise économique n'affecte pas tout le monde de la même manière en Lettonie, il a décidé de pirater les serveurs des principales banques du pays, ainsi que de nombreuses grandes entreprises, rapportait le site de la BBC, mercredi 24 février.

Au total, l'auteur de ces cyberattaques, qui se revendique d'une mystérieuse "armée du quatrième éveil du peuple", aurait obtenu des données confidentielles d'environ mille établissements, et téléchargé 7 millions de documents financiers en trois mois. Parmi ces chiffres figurent les rémunérations des dirigeants d'entreprise.

En dépit des difficultés de la crise économique, ces données révèlent que la plupart des responsables n'ont pas réduit leurs salaires. D'autres documents montrent que les entreprises détenues par l'Etat ont eu recours à des distributions de bonus, alors qu'elles ont reçu des aides gouvernentales.

Il utilise Twitter et publie les salaires des dirigeants de banques et d'entreprises pour montrer que malgré un contexte économique difficile, ceux-ci sont peu enclins à réduire leurs salaires et bonus


Source Technaute.Cyberpresse....Le Monde...

Il devrait passer au Canada et au Québec ça nous aiderait à voir plus clair que nos « LUCIDES À LUCIEN »

Iran dans la mire d'Israël



Ehud Barak a affirmé que le point de vue d'Israël sur le programme nucléaire iranien pouvait diverger de celui des Américains. Israël a menacé en termes voilés d'attaquer préventivement l'Iran si la diplomatie internationale ne réussit pas à convaincre Téhéran de geler son programme d'enrichissement de l'uranium, un processus permettant de fabriquer la bombe atomique. "Il y a bien sûr une certaine différence de perspective, une différence de jugement, une différence dans l'horloge interne et une différence dans les capacités", a dit Barak à l'Institut de Washington pour la Politique du Proche-Orient.

Source le JDD.fr

Canada Des ONG sous surveillance

Cela s'est passé le 16 décembre dernier, à Jérusalem, lors d'un forum international sur l'antisémitisme. «Notre gouvernement a adopté la politique de tolérance zéro», a lancé le ministre canadien de l'Immigration, Jason Kenney, qui participait à l'événement. Plusieurs organismes ont perdu leur financement fédéral à cause de leurs prises de position sur Israël, a poursuivi M. Kenney, citant le cas de Kairos, un regroupement d'organisations religieuses actif sur la scène internationale.

«Kairos a joué un rôle de premier plan dans la campagne de boycottage et de désinvestissement menée contre Israël», a expliqué Jason Kenney, soulevant une vague d'applaudissements
Deux semaines plus tôt, la direction de Kairos avait reçu un coup de fil de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), annonçant que sa subvention de 7 millions de dollars ne serait pas renouvelée.

Les projets de Kairos ne correspondent plus aux nouvelles priorités de l'agence fédérale, a fait savoir le porteur de la mauvaise nouvelle, qui n'a pas fait la moindre référence aux positions défendues par l'organisme.

Quand elle a eu vent du discours de Jason Kenney, la directrice de Kairos, Mary Corkery, a été renversée. D'abord, parce qu'elle s'est sentie injustement accusée de contribuer à une campagne anti-Israël.

Mais surtout, parce qu'elle n'en revenait pas d'apprendre qu'Ottawa associe aussi clairement le financement de l'aide internationale aux orientations politiques d'un organisme humanitaire.

«Kairos prend toutes sortes de positions sur toutes sortes de sujets qui préoccupent les gens que nous aidons. Comment les aider sans faire entendre leur voix?» demande-t-elle.

LA SUITE DE L'ARTICLE ->Source La Presse

vendredi 26 février 2010

Iran et nos médias

Voici un article fort intéressant « Iran : les médias en route pour un remake du fiasco irakien» de Robert Parry que je vous invite à lire sur le site de Michel collon

Extraits

Les principaux organes d’information américains, y compris le New York Times et le Washington Post, sont engagés dans un remake de ce genre de couverture tendancieuse qui avait conduit à la guerre en Irak. Mais, cette fois, il s’agit de l’Iran.

En juin dernier, la façon de traiter les élections iraniennes, de présenter le président Mahmoud Ahmadinejad et de sonner l’alarme sur le programme nucléaire iranien est similaire à la couverture unilatérale dirigée par les médias américains contre le dictateur irakien Saddam Hussein et contre le supposé programme des « armes de destruction massive » de l’Irak, avant l’invasion de 2003.

Dans les deux cas, les principaux médias américains ont pris position. Ils ont parlé de la nation musulmane « ennemie » en la présentant sous un éclairage le plus violent possible ; ils ont dit des dirigeants qu’ils étaient implacablement mauvais ; ils ont exagéré les menaces (et les menaces potentielles) que constituait l’armement, réel ou imaginé, du pays.

Sans doute, il y avait de nombreuses facettes déplaisantes, chez Saddam Hussein, comme il y en a aussi chez l’Iranien Ahmadinejad. Toutefois, les portraits des deux dirigeants tels que les brossaient les médias américains manquaient de nuance, en ne laissant passer que des interprétations les plus extrêmes et les moins flatteuses de leurs propos et de leurs actions.

En bref, le NY Times, le W. Post et la quasi-totalité des autres organes d’information américains se sont comportés davantage comme des outils de propagande que comme des organisations de journalistes professionnels. Le parti pris anti-iranien, à l’instar du précédent parti pris anti-irakien, se remarque surtout dans les pages éditoriales, mais on le retrouve également dans les pages ordinaires consacrées aux informations.

La suite sur le site de Michel Collon

Caricature : Brigade Anti-Prolifération:
- Ça suffit, Vanunu* ! Vous voyez pas que nous sommes très occupés ?
- Ça ? Ce sont des saucisses kacher géantes…
*Ingénieur israëlien condamné à 18 ans de prison pour avoir révélé l'existence du programme d'armement nucléaire d'Israël.

Montréal, 500 Artistes contre l’apartheid israélien

Des artistes montréalais lancent un appel pour appuyer la campagne internationale de boycottage, de désinvestissement et de sanctions contre l’apartheid israélien.

Aujourd’hui ces artistes montréalais d’horizons divers, cinéastes, musiciens, danseurs, poètes, auteurs et peintres, se joignent au mouvement international contre l’apartheid et la campagne BDS pour protester concrètement contre le déni constant par Israël des droits inaliénables des réfugiés palestiniens de regagner leurs maisons et leurs terres, comme le stipule le droit international, et contre l’occupation et la colonisation qu’impose Israël à la Cisjordanie (Jérusalem compris) et à Gaza, violant aussi le droit international et passant outre de multiples résolutions des Nations Unies.

Dans les rues, dans les salles de concert, en mots et en chansons, les artistes s’engagent à lutter contre l’apartheid et à inciter d’autres artistes et producteurs culturels à travers le pays et autour du monde à se joindre à ce mouvement international.

Voir la liste des signataires et l'article sur le site de TADAMON




Pierre falardeau Poème palestinien
envoyé par Rachel_Corrie. -

Palestine,La violence des colons à Sheikh Jarrah

La violence des colons et de l’armée d’occupation provoque une émeute à Sheikh Jarrah

Un Palestinien arrêté, une femme et un enfant aveuglés par des jets de poivre et deux enfants blessés alors que la provocation coloniale se transforme en émeute.



Très bonne ambiance dans le camp de protestation, à l’extérieur des maisons des familles Gawi et Al-Kurd, hier soir 25 février. Tous les jeudis soir, la communauté se rassemble pour un dîner entre Palestiniens, militants internationaux et israéliens, apportant un sentiment d’unité cruciale pour un mouvement efficace. Mais les choses changent vite en terre sainte.

Juste après le diner et pendant une session de saut à la corde dynamique, la police israélienne a arrêté un Palestinien pour un soi-disant jet de pierre, qu’aucun des témoins oculaires n’a vu.

Après l’arrestation, un groupe important de colons est entrée dans la zone occupée de la maison de la famille Al-Kurd, pour préparer Purum, une fête juive célébrée le 27 et le 28 février de cette année. Selon les Israéliens présents au diner, cela veut dire que très vite, un bon nombre de colons seront ivres.

Alors que la provocation des colons se transformait en un concours de vociférations, un nombre croissant de Palestiniens, de supporters internationaux et israéliens est arrivé, la plupart avec des caméras, qui ont commencé à élever la voix. D’autres colons sont arrivés et la situation est devenue de plus en plus tendue alors qu’une centaine de gens étaient rassemblés à l’extérieur et à l’intérieur de la maison Al-Kurd.

Très vite, un enfant palestinien a été blessé et des affrontements ont éclaté. Un soldat a armé son M16 et a menacé les résidents palestiniens. D’autres soldats de l’occupation ont poussé et agressé les Palestiniens et les internationaux avant de jeter du poivre sur une Palestinienne qui tenait un enfant dans ses bras.
Les colons ont finalement quitté la maison Al-Kurd alors que la police tentait de prendre le contrôle du secteur.

Ces violences et ces provocations font parte d’une récente escalade des tentatives de la police israélienne, des fonctionnaires municipaux et des colons juifs d’intimider les familles de Sheikh Jarrah et de stopper les protestations continues du nettoyage ethnique en cours à Jérusalem Est.


Source International Solidarity Movement fr

Sayed Nasrallah rencontre Ahmadinejad à Damas

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, à la tête d'une importante délégation du mouvement, s'est rendu à Damas, où il s'est entretenu avec le président syrien Bachar al-Assad et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui effectuait une visite officielle à Damas.

Selon notre correspondant à Damas, Sayed Nasrallah s'est entretenu avec M. Ahmadinejad « des derniers développements dans la région et des menaces sionistes contre le Liban et la Syrie ». Le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki a également assisté à cette rencontre.

M.Ahmadinejad s'est également entretenu avec le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechall et des représentants différents factions palestiniennes.

Le président iranien a réitéré son appui au peuple palestinien jusqu'au recouvrement total de ses droits légitimes.


Le président iranien a aussi condamné les pratiques des autorités de l'occupation israélienne et ses tentatives de judaïser la ville sainte d'al-Qods occupée, tout en dénonçant la décision d'insérer sue la liste du patrimoine juif les mosquées d'Ibrahim al-Khalil et de Bilal Ben Rabah

Source Al ManarTv

Honduras: l'opposition manifeste contre le président Lobo

Quelque 10 000 partisans de l'ex-président Manuel Zelaya ont manifesté jeudi à Tegucigalpa contre le nouveau président Porfirio Lobo, investi fin janvier, en réclamant «une assemblée constituante» et «l'arrêt des assassinats politiques»...
La manifestation était organisée par le Front national de résistance populaire...Il a été rejoint par les enseignants, dont les six syndicats nationaux qui ont cessé le travail pour rejoindre le cortège devant le Parlement, gardé par des militaires.

«Nous réclamons la Constituante, le respect des droits de l'homme, l'arrêt des assassinats politiques, la fin de la corruption», a déclaré à l'AFP le porte-parole habituel du Front, Rafael Alegria.

Le Front n'avait pratiquement jamais cessé de manifester après le coup d'État du 28 juin. «Rien n'a changé dans ce (nouveau) gouvernement, on assassine les gens», a accusé M. Alegria, citant la découverte du corps d'une militante reconnue du Front, Claudia Brizuela, mercredi à San Pedro Sula, au nord-ouest du pays.

Mardi, le Comité national de familles de détenus disparus (Cofadeh), organisation privée opposée au coup d'État, avait déjà affirmé que la présidence Lobo était entachée de deux assassinats politiques et de huit cas de torture.

Source La Presse

La Cisjordanie totalement bouclée

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a ordonné le bouclage total de la Cisjordanie à compter de jeudi soir et jusqu'à lundi soir, de crainte d'attentats durant la fête juive de Pourim, a indiqué un communiqué militaire.(rien de nouveau, un mur de l'apatheid est construit par Israël)

L'armée permettra cependant le libre passage (Ah oui!!!) dans les deux sens entre Israël et la Cisjordanie pour les cas humanitaires, les médecins, journalistes, membres d'organisations non gouvernementales, avocats et membres des diverses églises, précise le texte.

La fête de Pourim, connue comme le carnaval juif, sera célébrée dimanche et lundi. Elle est traditionnellement l'occasion de défilés carnavalesques, de soirées costumées et de grands rassemblements populaires.

À l'occasion de cette fête, la police et les gardes-frontières renforceront leur présence dans les secteurs considérés comme «sensibles» tels que centres commerciaux et gares routières, selon une source policière.

Source La Presse

Blooper du film le Gladiateur

L'émission Qui Balance La Vérité ! Une perche dans le plan, une erreur de montage, un technicien dans le champ : on vous dévoile les dessous des plus grands films. Pleins feux sur "Gladiator",

jeudi 25 février 2010

Rich Siegel In Palestine

Rich Siegel- "In Palestine" from Richard A Siegel on Vimeo.

Dubaï opération Mossad photos et vidéo

L’enquête s’annonce complexe avec au moins 26 suspects. La pression internationale sur Israël et ses services secrets augmente. La police de la ville-Emirat a mis en cause le Mossad israélien, mais les responsables israéliens affirment que rien ne prouve l’implication de leur service secret même si les médias de l’Etat hébreu laissent clairement entendre qu’il est bien responsable de ce crime.


La police de la ville-Emirat n’a pas exclu d’ajouter de nouveaux suspects aux 26 membres présumés du commando, dont 12 sont selon elle porteurs de passeports britanniques, 6 de passeports irlandais, 4 de passeports français, 3 de passeports australiens et un d’un passeport allemand.

"Deux autres individus porteurs de passeports étrangers" pourraient s’ajouter à la liste, a indiqué une source à la police de Dubaï, citée par le quotidien gouvernemental Al-Ittihad.

Elle a précisé que les 15 nouveaux suspects étaient arrivés à Dubaï en provenance de six villes européennes et de Hong Kong, et que 14 suspects avaient utilisé, pendant leur séjour à Dubaï, des cartes de crédit délivrées par une seule banque, META Bank, une institution financière américaine.






Une enquête est également en cours en Autriche sur l’utilisation éventuelle par le commando de cartes SIM et de numéros de téléphones portables autrichiens.

Dans le même temps, la pression s’accentue sur Israël, l’Australie ayant convoqué à son tour l’ambassadeur israélien pour lui demander des explications sur l’utilisation de passeports australiens par le commando.

IMAGES DES NOUVEAUX SUSPECTS




Parmi les nouveaux suspects, cinq sont des femmes. Les suspects sont arrivés à Dubaï en provenance de six villes européennes et de Hong-Kong.

La police a publié les noms et les photographies des quinze nouveaux suspects. Il s’agit des Britanniques Daniel Marc Schnur, Gabriella Barney, Roy Allan Cannon, Stephen Keith Drake, Mark Sklur et Philip Carr. Les porteurs des passeports irlandais sont Ivy Brinton, Anna Shuana Clasby et Chester Halvey.

Les porteurs de passeports français sont David Bernard LaPierre, Melenie Heard et Eric Rassineux. Les passeports australiens portent les noms de Bruce Joshua Daniel, Nicole Sandra Mccabe et Adam Korman. (Source avec vidéo)

Source Actu Réunion....Branchez vous.

La santé en Iran un modèle pour les États-Unis

Derrière la propagande médiatique, une autre image de l’Iran
par Dr. Pascal Sacré

Pour le public occidental, depuis plusieurs années, l’Iran est dénigré, et son gouvernement, au travers de son président, Mahmoud Ahmadinejad, est diabolisé systématiquement.



Le premier à pousser à son paroxysme cette rhétorique insultante à l’égard de l’Iran fut le gouvernement de Georges W. Bush bien connu pour son « respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression » (1), pour » son combat contre la torture et les inégalités » (« Kidnappés par la CIA, les charters de la torture », par Trevor Paglen et A.C. Thompson, éditions Saint-Simon), pour « son éthique électorale » (hacking democracy) et pour « son attachement à la transparence et à la vérité » : « Faux prétextes » (2).

Par le slogan néoconservateur d’Axe du Mal (Axis of Evil), l’Iran fut « popularisé » dans nos séries télévisées, dans nos journaux écrits et parlés, comme un État voyou, ainsi étiqueté par le pays comptant le plus de prisonniers au monde, 2,3 millions (3) (davantage que la Chine).

Depuis cette date, cette image salie, d’un Iran terrifiant, est profondément ancrée, imprimée dans l’esprit de nombreux Occidentaux.

Le contentieux entre les États-Unis et l’Iran remonte certainement à l’occupation de l’ambassade américaine à Téhéran, en 1979, entraînant la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Cela n’avait pas empêché par la suite Ronald Reagan de vendre des armes à l’Iran pour, avec l’argent obtenu, soutenir les Contras au Nicaragua (Irangate). Mais bon...


Avant cela, en renversant pour des raisons de nationalisation du pétrole iranien le docteur Mossadegh élu en 1953, Washington et la CIA ont permis, et soutenu, 40 ans de dictature par le Shah Phalavi, régime très peu compatible avec la liberté d’expression et les droits de l’homme, sans que cela n’entraîne, autant qu’aujourd’hui, un tollé de protestations et de provocations des philosophes, des politiciens et des médias occidentaux. Ceux-ci s’accommodaient donc davantage de la Savak et des terribles tortures de la police secrète du Shah (4), qu’ils ne supportent aujourd’hui les débordements des Gardiens de la Révolution!

Depuis, des élections annoncées comme truquées (sans preuves), des phrases mal traduites (5), un programme nucléaire présenté comme ayant des buts militaires, des répressions de manifestants et d’opposants qualifiées de bains de sang, un prétendu antisémitisme insupportable (6), sont venus renforcer l’image diabolique du gouvernement iranien au point qu’aujourd’hui, pour l’Occident, il incarne le Mal absolu. Il n’est plus sur l’Axe du Mal du « paisible » Bush, il est le Mal.

Sont ressorties également de façon très opportune, les images d’un gouvernement intolérant opprimant son peuple, ses femmes, à coups de matraque, confondant politique et religion, et pour lequel l’emprisonnement et la torture remplaceraient le dialogue et le débat critique, si « chers » aux Occidentaux.

Connaissez-vous le système iranien d’accès aux soins de santé?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, ce système a permis de réduire de 70 % la mortalité infantile dans ce pays, l’Iran islamiste, en 30 ans (7). Le Dr Aaron Shirley, premier pédiatre noir du Mississippi en 1965, connaît bien, lui, le modèle iranien, et à 77 ans, il voudrait l’importer dans le delta du Mississippi, où le taux de mortalité infantile est le plus élevé des États-Unis (50 % de plus que la moyenne nationale) et où l’espérance de vie est la plus faible du pays. Aaron a passé, avec deux collègues, dix jours en Iran en mai 2009.

En octobre 2009, ce sont quatre médecins iraniens, dont un membre du ministère de la Santé qui ont passé une semaine dans le Mississippi. Il y a une certaine morale dans cette histoire dont personne, sur les grandes chaînes de la télévision occidentale, ne parle. Celle d’un pédiatre noir, qui a subi des violences policières alors qu’il était militant des droits civiques et qui a contribué à la création du plus grand centre de santé communautaire de l’État, accueillant dans le Sud profond des Iraniens afin de s’inspirer de leur système d’accès aux soins de santé : quelle leçon à tous les philosophes, philanthropes et politiques qui aboient sur l’Iran et répandent leur fiel sur ce pays.

Malgré les dizaines de millions de dollars injectés par le gouvernement fédéral étatsunien, les soins médicaux primaires dans le delta du Mississippi sont restés peu performants. L’Iran compte 17 000 maisons de santé, des dispensaires ruraux qui emploient les agents de santé locaux.

Aujourd’hui, plus de 90 % des 23 millions d’Iraniens habitant en zone rurale ont accès aux services de santé grâce à ce système, selon les responsables, et cet accès est gratuit (8). Sans écho dans les médias occidentaux qui préfèrent ne parler de l’Iran que quand on peut en dire du mal, sans tapages, les États-Unis et l’Iran ont discrètement apporté leur soutien à l’initiative proposée dans le delta où des noirs vivent en majorité.

L’Institut national de santé (National Health Institute) américain a fait part de son approbation, comme le confirme un texte publié sur son site internet : « Le succès remarquable du concept iranien des maisons de santé […] apporte espoir et inspiration aux autorités du delta du Mississippi. » (9).

En visitant l’Iran, le docteur Aaron Shirley, le pédiatre noir à l’origine du projet, a déclaré, en riant : « Je me suis senti plus en sécurité en Iran que dans le Mississippi des années 1960. »

Les Iraniens qui sont venus en octobre 2009 ont eu, eux, un choc en constatant l’immense pauvreté de l’Amérique rurale en arrivant à Baptist Town, un dédale de rues boueuses, de terrains vagues à l’abandon et de cabanes coincées entre deux voies de chemin de fer et un bayou. Pas d’écoles, pas de cliniques, pas de centre communautaire.

Le Dr Shirley s’est rendu récemment au Congrès, à Washington, avec un confrère pour récolter des fonds afin d’ouvrir des maisons de santé à l’iranienne à Baptist Town, dans la périphérie de Greenwood et dans quatorze autres zones du delta du Mississippi. Le projet du Mississippi vise à former des aides soignants, puis à les envoyer faire du porte-à-porte pour délivrer des soins de base, comme prendre la tension artérielle, faire des soins d’hygiène. Pour les soins plus avancés, les patients continueront d’être envoyés dans des cliniques et des hôpitaux, et pourront ensuite bénéficier d’un suivi à domicile, au départ des maisons de santé créées à proximité (10), en s’inspirant du système iranien.

Le modèle iranien pour sauver de la mort des enfants américains que les millions de dollars fédéraux n’arrivent pas à mettre à l’abri de la maladie et du dénuement, quelle ironie, vous ne trouvez pas?

Alors que les États-Unis, qui dépensent des trillions (milliers de milliards) de dollars dans leurs guerres mondiales illégales, à l’extérieur, pour dominer et piller la planète, les médias et les grandes chaînes américaines ne savent parler que de l’Iran démoniaque et tyrannique.

N’en déplaise à Shimon Perez qui déclare que « l’Iran est un danger pour le monde » (11), il est également un modèle, pour les États unis eux-mêmes.

Durant ses visites au Congrès, le docteur Shirley devrait essayer d’obtenir une entrevue avec le président, et lui toucher un petit mot de tout ça.

Dans le delta du Mississippi, il est probable que les Étasuniens voient l’Iran autrement que dans le reste du monde occidental.

Notes :

(1) Lynne Stewart en prison : Quand la justice déraille

(2)Les 935 mensonges de l'administration Bush sur l'Irak

(3) Crise systémique : le chaos

(4) La Grande-Bretagne, les USA et Israël créent la SAVAK,

(5) Allusion au fait qu’Ahmadinejad aurait dit qu’il souhaitait rayer Israël de la carte, or l'ONU a confirmé que la traduction de cette phrase d'Ahmadinejad est erronée, il a dit : « L'Imam a dit que ce régime occupant Jérusalem doit disparaître de la page du temps ».

(6) 20 000 juifs vivent en Iran, bien intégrés, sans y subir d’oppression de la part du régime.

(7) La République islamique d’Iran Les soins de santé primaires dans la pratique

(8) Op. Cit.

(9) Iran’s health houses provide model for Mississippi Delta, (en anglais)


(10)Le Mississippi séduit par le modèle iranien

(11) Perez: L'Iran cherche à prendre le contrôle du Moyen Orient

Source Mondialisation

Humour du jour, les fausses nouvelles et épidémie de Peur

Editorial de Laflaque sur les fausses nouvelles, l'art de parler pour rien dire, le remplissage. En gros, faites donc votre job comme il faut et arrêtez de nous saoûler avec des conneries.



Épidémie de Peur

Extrait de l'émission et Dieu créa... Laflaque où il ridiculise les campagnes de peur de plus en plus fréquente!



Pour d'autres vidéo plus récent de Gérard D. Laflaque ICI

La droite Québécoise ...un rappel aux lucides

Petits rappels aux riches de ce monde

Par Mélissa Pilon
Étudiante en design graphique à l'Université du Québec à Montréal

«Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui.» Laurence Peter

Pourquoi le gouvernement libéral n'utilise-t-il pas les 900 millions offerts par Ottawa lors du règlement du déséquilibre fiscal au lieu d'offrir des baisses d'impôts? Pourquoi ne réclame-t-il pas à Ottawa les 2,1 milliards pour l'harmonisation de la TPS et de la TVQ? Pourquoi ne pas augmenter la taxe sur le capital de 50 à 100 % du gain réalisé, ce qui permettrait une entrée d'argent frais de près d'un demi-milliard de dollars?

Pourquoi ne pas facturer à Rio Tinto Alcan, une compagnie étrangère, le vrai coût de son électricité pour produire de l'aluminium? Pourquoi ne pas faire la lumière sur la corruption qui coûte 30 % de plus aux Québécois, ce qui équivaut presque au déficit actuel du gouvernement selon l'ancien ministre des Finances Jean Campeau?

Pourquoi le gouvernement n'actualise-t-il pas la Loi sur les mines afin de récupérer une somme de 200 millions en redevances? Pourquoi le gouvernement ne prête-t-il pas lui-même aux étudiants directement, au lieu de faire affaire avec les banques, dans le cadre du programme des prêts et bourses, une économie de 48 millions de dollars en intérêts? Pourquoi le salaire d'un recteur est-il pratiquement le double du salaire du premier ministre du Québec?

Comment un associé principal du cabinet d'avocats Davies Ward Phillips & Vineberg, comme Lucien Bouchard, dont le bureau défend la firme Conventree de Toronto impliquée dans le scandale des PCAA, peut-il nous faire la leçon? Avez-vous oublié les mises à la retraite? Le seul qui devrait prendre sa retraite, c'est Lucien Bouchard.

Les droits de scolarité sont déjà dégelés. En effet, d'ici 2012, les étudiants paieront 500 $ de plus par année. Mais en contrepartie, les investissements du gouvernement libéral ne couvrent même pas les coûts de système, les bourses versées en 2009-10 ne couvrent même pas le taux d'inflation. Chaque fois qu'un étudiant investit un dollar, le gouvernement en profite pour se dégager de sa responsabilité envers l'éducation.



Faut-il rappeler aux riches de ce monde que tous ne partent pas sur le même pied d'égalité dans la vie, que tous n'ont pas un père ou une mère avec un portefeuille bien garni? Avons-nous abandonné l'idéal québécois de la Révolution tranquille: la chance pour chacun de réussir sa vie, par l'éducation, par la formation, et ce, sans le souci financier? Seuls le talent et l'excellence devraient être conditions de réussite.

Il faudrait d'ailleurs m'expliquer comment une hausse de coût n'affecte pas la demande. Il s'agit pourtant d'un principe de base d'économie. Nous avons un problème de démographie, croyons-nous vraiment qu'un jeune couple endetté d'un prêt de 100 000 ou de 200 000 dollars aura envie de mettre des enfants au monde? Croyons-nous vraiment que de réduire l'accès aux études postsecondaires est une vision de courage, alors qu'une pénurie de main-d'oeuvre spécialisée pointe à l'horizon?

Fin aux paradis fiscaux. Fin à l'évasion fiscale. Fin de la corruption des petits amis du régime. Lumière sur le scandale des PCAA. Voilà une vision courageuse pour une société juste et financièrement viable. Ce sont les bandits qui nous coûtent cher, et surtout, leur avocat.

Source le Devoir

Voir La droite Québécoise se mobilise...les lucides

mercredi 24 février 2010

Tension Argentine Grande-Bretagne

Objet du litige: le pétrole. Beaucoup de pétrole. Aujourd'hui, l'Argentine demandera officiellement à l'ONU d'encourager des négociations auxquelles le Royaume-Uni se refuse.

Les îles de la discorde

On les appelle îles Malouines ou îles Falklands, selon qu'on est Argentin ou Britannique.

Les premiers colons connus étaient des Français, marins et pêcheurs venus de la ville de Saint-Malo, d'où le nom d'îles Malouines (Islas Malvinas en espagnol). L'Espagne a expulsé les colons français au XVIIIe siècle, puis a cédé l'archipel au Royaume-Uni.

Après son indépendance, en 1816, l'Argentine y a établi une colonie pénitentiaire en 1820, avant de l'abandonner. Depuis 1833, le Royaume-Uni y détient une colonie, bien que l'Argentine ait toujours revendiqué sa souveraineté sur les îles.

En avril 1982, la marine argentine débarque dans l'archipel et en prend possession. L'Argentine rejette la proposition du président Ronald Reagan de partager l'administration de l'archipel. Les Britanniques (sous Margaret Thatcher) répliquent en force en mai et juin. Au bout de 72 jours, les Anglais chassent définitivement les Argentins. Cette guerre a fait quelque 900 morts, dont les trois quarts étaient des soldats argentins.



Le pétrole des Malouines réveille les tensions

Amorcée lundi par la petite société britannique Desire, la nouvelle campagne de prospection pétrolière au large des Malouines, vise à évaluer les ressources exploitables mais l'extraction de l'or noir ne devrait pas intervenir avant plusieurs années.



Soixante milliards de barils de pétrole. C'est l'estimation que fait la Société britannique de géologie du gisement des eaux côtières des îles Malouines, à 500 km au large de l'Argentine. Un fabuleux trésor pour les 2900 «Kelpers» qui habitent ces îles.

Vingt-huit ans plus tard, l'affrontement reste pour l'instant verbal. L'Argentine espère régler le différend devant les Nations unies. Aujourd'hui, le ministre des Affaires étrangères de l'Argentine, Jorge Taiana, demandera au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de proposer des négociations auxquelles le Royaume-Uni se refuse encore. «L'Argentine dialoguera de manière pacifique», a promis Jorge Taiana, tout en demandant à Londres d'en finir avec une «situation coloniale anachronique».

Bloc latin

Hier, la présidente de l'Argentine, Cristina Kirchner, a reçu l'appui de presque tous les pays d'Amérique latine réunis en sommet au Mexique avec ceux des Caraïbes.

Alors que la société britannique Desire Petroleum vient de commencer l'exploration pétrolière à 160 km au nord de l'archipel, les Argentins considèrent que Londres viole les résolutions de l'ONU appelant les parties à dialoguer et à ne prendre aucune décision unilatérale qui pourrait aggraver leur différend.

«Ceux qui ont un siège permanent au Conseil de sécurité se permettent de violer mille et une fois les dispositions des Nations unies, tandis que les autres pays doivent les respecter sous peine d'être déclarés ennemis et d'être envahis», clame Cristina Kirchner. La présidente a signé un décret qui oblige tous les bateaux qui se dirigent vers l'archipel à demander l'autorisation de naviguer dans les eaux argentines.



Source La Presse...........Tribune de Genève

B'nai Brith et l'antisémitisme au Canada

Selon le rapport annuel, du B'nai Brith Canada. Il ya eu 1264 incidents anti-juifs l'an dernier, qui englobait les actes de harcèlement, de vandalisme et de violence. Cela se compare à 1135 incidents en 2008, et représente une multiplication par cinq au cours des dix dernières années.

Le plus grand nombre d'incidents pour l'année, 2009, sont apparus en janvier, coïncidant avec la guerre d'Israël à Gaza, a souligné Frank Dimant, vice-président exécutif de B'nai Brith Canada.(voir rapport des incidents page 17 à 22)

Après une brève lecture du rapport on constate encore une fois toute l'exagération de B'nai Brith et de la prétendue montée soi-disant de l'islam... qui serait responsable de la monté de l'antisémitisme. ( Sur 1264 incidents, 97 cas où l'auteur du délit s'est identifié comme étant d'origine arabe, page 17...)

Source JTA Jewish Israel news

La droite Québécoise se mobilise...les lucides



Voici un commentaire intéressant de Michèle Ouimet sur nos portes-parole de droite au Québec, les « Lucides à Lucien »

Le club des ex
par Michèle Ouimet

Encore Lucien Bouchard. Décidément, il est occupé, cet homme. La semaine dernière, il a donné une mornifle à son ancien parti. Hier, il s'est attaqué aux universités.

Il y a péril en la demeure, a-t-il dit. Les universités sont sous-financées. C'est la catastrophe.

Sa solution : augmenter les droits de scolarité. Que les étudiants paient leur juste part. Question : pourquoi n'a-t-il rien fait lorsqu'il était premier ministre?

Lucien Bouchard n'est pas seul dans ce nouveau combat. Hier, un groupe de choc a donné un point de presse pour expliquer son plan de sauvetage des universités.

Il y avait beaucoup d'ex parmi les signataires du « pacte pour le financement concurrentiel de nos universités » : Michel Audet et Monique Jérôme-Forget, ex-ministres des Finances, Robert Lacroix et Michel Gervais, ex-recteurs d'université, Joseph Facal, ex-président du Conseil du Trésor, sans oublier quatre ex-présidents d'association étudiante et, évidemment, Lucien Bouchard.


La hausse proposée est brutale : environ 2200 $. Pour les étudiants inscrits dans des facultés onéreuses, comme médecine, la facture serait plus salée : entre 3000 $ et 10 000 $. L'augmentation serait étalée sur trois ans à partir de 2012.

Actuellement, les étudiants paient 2000 $ par année. Imaginez le choc.


Le groupe Bouchard propose aussi que chaque université fixe le total de ses droits de scolarité à l'intérieur de certaines balises. McGill, une des meilleures universités du monde, se précipitera pour faire flamber la facture. Elle sera réservée à l'élite, la crème de la crème.

Les élus ne doivent pas laisser le champ libre aux universités. Car il ne s'agit pas uniquement de vulgaires droits de scolarité. C'est vrai que les droits exigés au Québec sont plus bas que dans le reste du Canada. Sauf qu'il y a une raison historique derrière cette réalité. Pendant la Révolution tranquille, le gouvernement voulait que les universités se démocratisent et ouvrent leurs portes aux fils d'ouvriers.

Pendant le point de presse, l'ex-recteur de l'Université de Montréal Robert Lacroix a parlé des effets néfastes du sous-financement. Il s'est bien gardé de préciser que 10 des 15 universités ont renoué avec les surplus en 2008-2009. Le tableau n'est pas aussi noir que le prétend le club des ex. Mais il faut bien qu'ils le noircissent, le tableau, pour faire passer leurs idées.


Et les effets néfastes d'une hausse brutale des droits de scolarité? Même si le groupe Bouchard-Lacroix est prêt à consacrer 30 % des sommes recueillies pour bonifier le programme des prêts et bourses, une hausse trop brutale aura probablement un effet négatif sur l'accessibilité.

Selon le Conseil supérieur de l'éducation, « les problèmes financiers expliquent le quart des abandons, ce qui en fait la raison la plus fréquemment observée dans l'ensemble des motifs évoqués ». En 2003, Statistique Canada avait conclu que les jeunes issus de familles à revenu élevé étaient 2,5 fois plus nombreux à l'université.

M. Bouchard devrait se pencher sur ces chiffres avant de proposer des hausses à gogo.

Pas un mot, non plus, sur la folie des grandeurs de certaines universités qui se sont lancées tête baissée dans des projets immobiliers ambitieux, comme l'îlot Voyageur à l'UQAM.

Et que dire de l'Université de Sherbrooke, qui ne se gêne pas pour cannibaliser la clientèle de Montréal en s'installant à Longueuil et qui vient de terminer la construction d'une tour à côté du métro? Pas d'argent, les universités?

Autre réalité gardée sous silence : les coupes sauvages du gouvernement dans les années 90 qui ont laissé les universités dans un état lamentable. Et qui était premier ministre? Lucien Bouchard.

C'est vrai que la situation n'est pas rose dans les universités. En 2008, une série dans La Presse en a étalé les grandeurs et misères : notes gonflées, diplômes au rabais, bibliothèques dégarnies, nombre affolant de chargés de cours, concurrence malsaine entre les institutions, immeubles désuets, etc.

Mais est-ce entièrement la faute au sous-financement? Et si les universités étaient surtout malades d'une école trop faible et d'un cégep trop complaisant prêt à tout pour faire passer les élèves, quitte à baisser le niveau?

Source La Presse


Saviez-vous que:

1- Saviez-vous que les grandes entreprises industrielles paient leur électricité à une fraction du prix du tarif de consommation résidentielle?
1 ¢ le kWh de plus pour les entreprises énergivores pourrait rapporter plusieurs centaines de millions de dollars par année.

2- Au cours des dernières années, les compagnies minières ont extrait pas moins de 17 milliards de dollars du sous-sol québécois en or et autres métaux.
En vertu de la Loi sur les mines, le gouvernement est en droit d’exiger 12 % des profits des sociétés minières; il aurait donc dû recevoir 2 milliards de dollars entre 2002 et 2008.

3- Le gouvernement du Québec pourrait forcer les compagnies minières à restaurer, d’ici 2017, les sites contaminés qu’elles ont abandonnés et ainsi utiliser autrement les 264 millions de dollars qu’il prévoyait affecter à cette tâche.

4- Un grand nombre de compagnies du secteur manufacturier utilisent 46 % de toute l’eau prélevée au Québec et ne paient aucune redevance..
Une politique de redevance sur l’eau pour les entreprises qui sont de grandes consommatrices d’eau pourrait générer des revenus de 78 millions de dollars par année.

Source L'expertise a un prix