jeudi 30 septembre 2010

Colons israéliens qui attaquent les enfants palestiniens (vidéo)


Juste un petit rappel.

Sous l'oeil de la police et de l'armée la plus morale du monde qui laisse faire... quelle magnifique démocratie? C'est ça la culture de base des amis de Lieberman.



Le conflit israélo-palestinien ne se résoudra jamais sur les bases actuelles
Par Daniel Vanhove

Quels que soient les effets d’annonces la plupart du temps surmédiatisés, le conflit israélo-palestinien ne pourra jamais être résolu sur les bases actuelles pour plusieurs raisons, dont l’une me paraît majeure et que je voudrais clarifier de façon à ce qu’elle soit bien comprise par tous ceux qui s’y intéressent, de près comme de loin. Cette raison en est que toutes les approches qui l’abordent pour y trouver une éventuelle solution en oublient un élément essentiel : l’injustice originelle. L’injustice fondamentale qui a prévalu à l’établissement du jeune État israélien en terres arabes, au lendemain de la guerre essentiellement européenne de 1945.

La suite sur International Solidarity Movement

La crise d'octobre au Québec, déjà a 40 ans

Les théories du complot -

La Crise d'octobre et la mort de Pierre Laporte, c'est à certains égards notre 11-Septembre. Dès après les événements, plusieurs auteurs se sont mis à échafauder des hypothèses sophistiquées pour contester la « version officielle », pour expliquer «autrement » ce qui s'était produit. En ce 40e anniversaire, ces théories — taxées souvent « du complot » par des historiens — refont surface, sur Internet, dans des essais. Mais aussi dans un roman très important, celui de Louis Hamelin, écrivain et collaborateur au Devoir : La Constellation du lynx (Boréal)

Malgré cela, certains tiennent à rejeter les versions « officielles »: tant celle du pouvoir que celle des felquistes. Il faut revoir cette scène saisissante de La Liberté en colère, documentaire de Jean-Daniel Lafond (1994), où l'ex-membre de la cellule Chénier qui a séquestré Laporte, Francis Simard, affronte Pierre Vallières. Ce dernier multiplie les questions, mais comme bien des théoriciens du complot, ne semble jamais satisfait des réponses. Francis Simard est clairement irrité par ce doute affiché, qui semble servir de masque à une certitude. Dans un premier temps, il répond sur le ton de « je sais ce qui s'est passé, j'étais là! ».

Source le Devoir

Mon commentaire

La vérité il n'y a pas eu de complot, Laporte est mort accidentellement et la cellule Chénier a pris la responsabilité de sa mort... point à la ligne. Par bravade les membres de la cellule Chénier ont affirmé l'avoir tué, mais en réalité, c'était un accident. Dans ce sens Robert Comeau (photo) à raison.

2000 comptes canadiens et québécois douteux en Suisse

Evasion fiscale des québécois dans la mire

On parle de centaine de milliards que des Canadiens et entreprises cacheraient et une grande partie serait le fait des Québécois.

Radio-Canada a appris que près de 2000 Canadiens auraient des comptes dans une banque suisse soupçonnée de plusieurs cas d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent.

Scandalisé par ce qui s'y cachait sous le secret bancaire, un employé des services informatiques de la HSBC, l'une des plus grandes banques d'affaires du monde, a copié les dossiers de 100 000 clients avant de s'enfuir en France et de remettre les données à la police.

« Les données peuvent être extrêmement intéressantes, pas simplement en matière fiscale, mais aussi en matière d'avoirs d'origine douteuse, pour ne pas dire criminelle », a déclaré le vice-procureur du Tribunal de Nice, Olivier Caracotch.

Pour identifier les comptes français, il a fallu trier les dossiers par pays. De nombreux Canadiens, en grande partie du Québec, se retrouvent dans la liste, affirme le procureur responsable de l'enquête. « On a trouvé effectivement 1785 comptes dont des Canadiens paraissaient titulaires », a affirmé Éric de Montgolfier, procureur du Tribunal de Nice.

Revenu Canada a confirmé avoir reçu les dossiers concernant des Canadiens et a affirmé qu'ils seront étudiés un par un. Le fisc français a déjà récupéré des centaines de millions d'euros en impôts impayés après l'étude des informations concernant des Français.

La Banque HSBC a écrit à ses clients canadiens pour s'excuser des inconvénients possibles, tout en se réjouissant que la France n'ait pas partagé ces informations volées avec d'autres pays.

En fait, la justice d'un seul pays a réclamé les données le concernant, ce qui étonne le procureur français. « Je pensais avoir d'autres demandes d'autres pays. Juste l'Italie », a révélé Me de Montgolfier.

Les autorités fiscales de plusieurs pays ont pourtant réagi. La Grande-Bretagne a annoncé la semaine dernière à des milliers de contribuables qu'ils faisaient l'objet d'une enquête dans cette affaire.

Le Canadien Don Johnston, un ancien secrétaire général de l'OCDE, souhaite combattre les paradis fiscaux depuis quelques années. « J'espère que tous les noms seront dévoilés au moins aux autorités fiscales ici, au Canada, et au Québec, parce que le Québec également en souffre, s'il y a des Québécois qui n'ont pas payé leurs taxes et qui ont des comptes en Suisse. »

Les sommes en jeu pourraient en effet être considérables. Le fisc français a déjà récupéré des centaines de millions d'euros en impôts impayés. La Grande-Bretagne vise des milliards.

Source Radio Canada reportage vidéo diponible sur le site. (reportage de Guy Gendron)

mercredi 29 septembre 2010

« Euro-manifestation » à Bruxelles (vidéo)

Des dizaines de milliers de personnes défilaient mercredi après-midi au son des vuvuzelas et des pétards à Bruxelles pour protester contre les programmes d'austérité en Europe.

Entre 56.000, selon la police, et 100.000 personnes, selon les syndicats, ont défilé mercredi dans les rues de Bruxelles pour protester contre les programmes d'austérité qui se multiplient en Europe pour réduire les déficits publics.



La dernière grande manifestation de ce type à Bruxelles remonte à 2001, quand 80.000 personnes avaient défilé pour réclamer « plus d'Europe sociale » en marge d'un sommet européen.

Aucun incident n'avait été constaté en fin d'après-midi, mais la police de Bruxelles a procédé à 218 arrestations préventives de personnes en possession d'objets dangereux.

Source 20 minutesfr

L’Étoile de David est-elle devenue la nouvelle svastika ?

Des extrémistes israéliens utilisent ce symbole pour taguer des biens palestiniens comme les nazis en leur temps utilisaient la croix gammée pour marquer des biens juifs.

Sous le régime nazi en Allemagne, la croix gammée était utilisée pour marquer les synagogues, les commerces juifs afin de préparer la population aux expulsions massives des Juifs, leurs transferts vers des camps.

Malheureusement, une étude réalisée par l’Université de Tel-Aviv publiée en début d’année révèle que l’étoile de David est utilisée avec le même objectif en Palestine occupée. Il existe de nombreux témoignages de cette « coutume » facho sioniste.

En décembre 2008 l’Agence de Presse Maan avait rapporté que « des colons israéliens ont attaqué 5 villages palestiniens dans le nord de la Cisjordanie occupée, vandalisant des mosquées attaquant des fermes et harassant leurs habitants. Au Sud de Naplouse, dans les villages de Yatma, Qabalan et As-Sawiya, des colons ont crevé les pneus de plus de vingt voitures et mis le feu à des bottes de paille utilisées comme aliments pour le bétail et valant plusieurs milliers d’euros. À As-Sawiya les colons ont inscrit des graffitis insultant l’Islam et le prophète Mohammad sur les murs de la mosquée locale. Ils ont également peint une étoile de David et des slogans tels «Morts aux Arabes» sur la mosquée du village ».

En février 2009, un écrivain canadien, Marcello di Cintio a été témoin de ce type de comportement dans les territoires occupés palestiniens. « En début de semaine, l’armée israélienne a mené un raid à Jayyous. Des soldats ont pénétré dans le village la nuit, raflés environ une centaine de jeunes hommes et les ont enfermés dans le gymnaste de l’école. Les troupes ont également occupé plusieurs maisons du village et tagué l’étoile de David sur une fresque murale représentant la Liberté peinte sur un mur de l’école. L’armée israélienne a embarqué une douzaine d’hommes avec elle et ceux-ci sont toujours en détention en Israël. »

En avril un gang de colons israélien a attaqué le village de Hawara en Cisjordanie occupée. Les Palestiniens ont rapporté que deux véhicules avaient été incendiés et selon le quotidien israélien Haaretz qui a rapporté l’incident : « une mosquée du petit village utilisée seulement le weekend a été taguée le mot Mohammed inscrit en hébreu dessus et une étoile de David y a été dessinée. De même y ont été inscrits ces mots reprenant la prière juive “qu’il soit loué de ne pas m’avoir faite non juive”.


Dans la ville palestinienne d’Hébron en Cisjordanie occupée, les étoiles de David inscrites sur les maisons des Palestiniens sont monnaie courante taguée par les soldats israéliens, mais aussi par les colons fanatiques et leurs rejetons tout aussi violents qu’eux. Elles sont souvent accompagnées de slogans tel celui cité plus haut. Lors de l’Opération Plomb Durci à Gaza il a également été rapporté de tels taguages d’étoiles de David. L’étoile de David est souvent accompagnée d’un chiffre signe que la maison palestinienne a été fouillée par une patrouille israélienne.

Méthode d’intimidation par excellence, cette pratique d’inscription symbolique ressemble également à celle du groupe raciste américain, le Ku Klux Klan (KKK), qui lui traçait une croix en flamme sur les pelouses des noirs américains pour marquer la suprématie des blancs.

L’Étoile de David a eu différentes significations tout au long des siècles. Ce n’est en fait qu’à la fin du XIXe siècle qu’elle a été associée au Sionisme et au Judaïsme. Mais sa symbolique juive dérive plus de ce que les antisémites en ont fait que de la signification que lui ont accordée les Juifs eux-mêmes.

À l’étoile de David est associée l’expérience dramatique vécue par les Juifs sous le Nazisme. Les troupes d’Hitler ont pris l’habitude de peindre des étoiles de David sur les commerces des Juifs lors de leur boycott des boutiques juives en 1933. En septembre 1941, le dirigeant SS, Reinhard Heydrich, a signé un décret demandant que tous les Juifs en Europe occupée par les nazis portent une étoile de David jaune - d’abord pour les signaler à la vindicte populaire comme défaitistes et ensuite pour les marquer et les envoyer en camps d’extermination.

Après la guerre l’État d’Israël a choisi l’étoile de David comme symbole national. Symbole de peur et de honte à l’époque nazie, son utilisation contre les Palestiniens de la même manière que les nazis l’avaient utilisé contre les Juifs en fait de nouveau une marque de peur et de honte pour les Palestiniens menacés ouvertement de transfert par le ministre des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman.

En effet dans un autre registre, mais toujours expression du facho sionisme déferlant non seulement en Palestine occupée, mais partout où il a des agents d'influence à sa solde, le ministre d’extrême droite des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, a proposé à la tribune de l’ONU de transférer les Palestiniens vivant en Israël - eux et leurs territoires - sous autorité palestinienne en échange des colonies qu’Israël veut annexer évoquant un impératif « démographique» entendez par là la «purification» de l’État d’Israël de ses non-juifs pour devenir un « État exclusivement Juif ».

Les diatribes racistes de Lieberman n’ont provoqué aucune protestation à l’ONU, aucun représentant ni des US ni des pays de l’UE n’a quitté la salle où Lieberman tenait ces propos particulièrement violents. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, garant du respect la Charte de cette organisation n’a rien dit.

Les médias occidentaux eux aussi à l’indignation très sélective n’ont pas pris la peine non plus de rapporter cet outrage à la dignité humaine faite dans l’hémicycle de l’ONU. Pourtant, ils avaient fait leur une - criant à la théorie du complot - des déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui avait simplement osé se poser des questions à voix haute sur les attaques du 11 septembre à New York et avait tout bonnement demandé qu’une enquête indépendante soit ouverte pour que toute la lumière soit faite sur celles-ci.

Quand le mensonge est érigé en idole, tous ceux qui recherchent la Vérité et la Justice sont pourchassés, diabolisés. C'est là l'expression même du Fascisme.

Dans la bouche des sionistes, nettoyage ethnique, transfert, sont en train de passer dans le langage du politiquement correct sans que les droits de l’hommistes et leur clique de bien pensant pseudo-intellectuels, politiques et autres journaleux ne s’en offusquent.

Cette pratique de la soldatesque et des colons fanatiques sionistes devrait être dénoncée pour ce qu’elle est : un véritable scandale aux relents nazis qui éclabousse non seulement l’état sioniste, mais également le Judaïsme puisque ce symbole y est désormais également associé au quotidien.

Source Planete non violence

Khalida Jarrar empêchée de se faire soigner en Jordanie

Un appel de Luisa Morgantini *

Khalida Jarrar, députée du Conseil législatif palestinien, est gravement malade. Le gouvernement israélien lui interdit de sortir du pays pour se soumettre à des examens médicaux.

Cela fait plus de deux mois que le médecin de Khalida Jarrar, parlementaire palestinienne élue dans les listes du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), lui a prescrit des examens approfondis du cerveau en raison des malaises dont elle souffre depuis longtemps maintenant.

Les résultats des premiers examens médicaux que Khalida Jarrar a effectués dans les hôpitaux des Territoires palestiniens occupés sont inquiétants, c’est pourquoi des analyses plus approfondies lui ont été prescrites au mois d’août. Les infrastructures médicales palestiniennes ne sont toutefois pas assez équipées pour cela et les médecins ont conseillé à Khalida Jarrar de se rendre à Amman, en Jordanie.

Malgré les exhortations à partir le plus tôt possible pour pouvoir trouver les causes de sa maladie, cela fait plus d’un mois et demi qu’il est interdit à Khalida Jarrar de se rendre à l’étranger parce que les services secrets israéliens ne la considèrent pas membre du Parlement palestinien, mais « membre d’une organisation terroriste ».

La négation du droit aux soins médicaux d’une parlementaire, qui a été élue par la population palestinienne et est étrangère à tout fait de violence, représente un acte très grave, qui ne fait que témoigner de l’un des aspects les plus sombres et tragiques de l’Occupation israélienne.

Le Ministère de la Santé palestinien a accepté de couvrir les frais des examens médicaux et les responsables de l’administration civile israélienne en Cisjordnaie, interpellés par l’avocat de Khalida Jarrar, ont affirmé - dans une lettre officielle du 17 août 2010 - que « rien n’empêche Khalida Jarrar de se rendre à l’étranger ».

Malgré cela, le 30 août dernier, lorsque la députée s’est rendue jusqu’au pont de Allenby pour atteindre la Jordanie, l’autorisation de quitter le pays lui a été refusée par l’armée israélienne, pour « des raisons de sécurité ».

Face à ce qui témoigne indéniablement d’une profonde injustice et d’une déplorable inhumanité, je vous prie d’exercer la pression nécessaire afin que l’on interdise à Israël de nier le droit à la santé et à la vie de la population palestinienne et que cesse enfin l’occupation militaire des territoires palestiniens.

Nous devons demander au gouvernement italien, au Parlement et au Ministère italien des Affaires étrangères de mettre en oeuvre toutes les mesures possibles à l’égard de l’autorité israélienne afin que Khalida Jarrar puisse se rendre en Jordanie et accéder aux soins médicaux qui lui sont nécessaires.

* Luisa Morgantini est ancienne Vice-Présidente du Parlement européen et est particulièrement engagée dans la défense des droits du peuple palestinien.
Son site internet peut être consulté à : http://luisamorgantini.net/

Septembre 2010 - Traduction de l’italien : Y. Khamal

Source Info Palestine.

La justice à deux faces en Israël (vidéo)

La police de Jérusalem a accepté la version du gardien des colons qui a tué Samer Sarhan. Le chef de la police, Aharon Franco a déclaré que le garde a été bloqué et attaqué par les Palestiniens. Maintenant le canal 2 expose un film qui montre que le gardien n'était pas du tout bloqué.


Vidéo de l'arraisonnement du bateau Irène par Israël

Viva Palestina 5 en Turquie (Vidéo)

Message d'Alfredo Trabardi, ISM-Italia

Le Convoi Viva Palestina 5 parti de Londres le 18 septembre dernier, après les étapes en Italie de Turin, Milan et Ancône, est arrivé le 27 septembre 2010, en fin de soirée à Istanbul.

Accueil de la population d'Istanbul (vidéo ISM-France)


VP5isambul3
envoyé par parolededemocrate.

Le matin du 24, à 7h30, à Igoumenitsa, Pati et Pamela de Lecce ((Pouilles) nous attendaient sur le môle, pour nous accompagner jusqu’à Salonique, avec Luca qui était arrivé de Brindisi avec eux, pour rejoindre le convoi.

En Grèce, pas d’accueil particulier, sauf un tour des véhicules dans le centre de la ville de Salonique. Le 26 nous sommes arrivés à Alexandropolis, à côté de la frontière turque.

Départ ce matin pour la Turquie : procédures fatigantes à la frontière, et finalement un accueil très chaleureux après la frontière et dans le centre de la ville.

Le soir, hébergement dans un centre sportif à l’intérieur duquel nous trouvons un réseau Wi-fi qui fonctionne!!

La municipalité nous a offert un dîner dans un restaurant au bord de mer où nous avons aussi retrouvé George Galloway; puis est arrivé Kevin Ovenden qui était rentré de Milan à Londres et est venu nous saluer; très applaudi, le président de l’association turque IHH, Bulent Yildirim. Après les étapes d’approche, nous avons laissé derrière nous le spectre de l’Europe.

C’est maintenant une 2ème journée à Istanbul qui nous attend, deux à Ankara et nous arriverons ensuite en Syrie.

L’atmosphère est très positive; le convoi italien a fait preuve d’excellence en réparant des véhicules anglais ( !).

Ce qui nous revient maintenant est d’être à la hauteur des épreuves qui nous attendent, en montrant la dimension politique nécessaire dans ces situations et la capacité d’organisation pour poursuivre sans problèmes la longue route vers Gaza.

Palestine Libre! Boycott Israël!
Traduction : Marie-Ange Patrizio

Source International Solidarity Movement

La droite canadienne à l'immigration dans la mire.

L'immigration dans la mire d'un groupe canadien-anglais
Par Hélène Buzzetti

Hérouxville a fait des petits. Un nouveau groupe contestant les politiques canadiennes en matière d'immigration a vu le jour hier, cette fois au Canada anglais. L'objectif du groupe : resserrer les règles d'entrée au pays et s'assurer que ceux qui viennent s'établir ici sont prêts à des « accommodements » pour respecter les valeurs canadiennes. Plusieurs membres ont des liens avec l'actuel gouvernement.

Le Centre pour une réforme des politiques d'immigration se veut non partisan; il invite les politiciens à ouvrir la boîte de Pandore qu'est la politique d'immigration canadienne. Le groupe estime qu'un trop grand nombre d'immigrants arrive chaque année au pays (environ 260 000, plus près de 180 000 travailleurs temporaires). Selon ce groupe, ce serait un « mythe » que tous ces gens contribuent à atténuer les coûts du vieillissement de la population puisqu'une partie considérable d'entre eux sont plutôt des parents ou des grands-parents non qualifiés acceptés au nom de la réunification familiale.

«Pour que les immigrants fassent une contribution nette, ils devraient payer plus en impôt que ce qu'ils reçoivent en bénéfices, est-il écrit sur le site Internet. Cela n'a pas été le cas au cours des dernières années, les nouveaux arrivants ayant tiré significativement moins de revenus que les Canadiens nés ici. »

Le professeur de l'Université d'Ottawa Gilles Paquet fait partie de ce groupe. Il estime qu'il « faut être prêt à se demander quels sont les critères qui nous permettront de choisir des gens prêts à des accommodements raisonnables ». Les immigrants doivent être prêts à accepter trois valeurs canadiennes, dit-il : « l'égalité des hommes et des femmes, la langue française au pays, le fait qu'on doit travailler à visage découvert ». Il en va, dit-il, d'un « principe de précaution ».

Hérouxville

Le conseiller municipal d'Hérouxville et auteur du code de conduite de la ville, André Drouin, est membre du nouveau groupe. Mais la composition de ce dernier étonne surtout par le grand nombre de personnes ayant des liens, actuel ou passé, avec le gouvernement conservateur. Un des principaux conseillers est Derek Burney, ancien ambassadeur aux États-Unis et chef de l'équipe de transition de Stephen Harper en 2006. Margaret Kopala, la présidente du groupe, a été candidate progressiste-conservatrice en 1997 et s'est présentée à une investiture conservatrice en 2006. Herb Grubel est un ancien député allianciste tandis que Peter G. White a été secrétaire personnel de Brian Mulroney en 1988 et en 1989.

Notons que la chroniqueuse et polémiste du National Post Barbara Kay fait aussi partie du groupe.

Source Le Devoir

mardi 28 septembre 2010

Israël intercepte un bateau de pacifistes juifs

La marine israélienne a intercepté mardi un voilier de pacifistes juifs qui tentaient de briser symboliquement le blocus maritime de la bande de Gaza et l'a ramené de force au port israélien d'Ashdod.

« La marine a pris le contrôle du voilier pour l'amener au port d'Ashdod », a confirmé l'armée israélienne dans un communiqué, ajoutant que l'interception n'avait donné lieu à aucune violence de part et d'autre.
(Ce n'est pas ce que disent les militants. Voir les articles « Les passagers juifs ont bien été tabassés par la soldatesque israélienne » CAPJPO-EuroPalestine et « Jewish Gaza-bound activists: IDF used excessive force in naval » Haaretz.com)

L'Irene, un petit yacht, avait à son bord neuf personnes : une Américaine, une Allemande, deux Britanniques et cinq Israéliens, dont un octogénaire rescapé de la Shoah.

Dans la soirée les deux Britanniques et l'Américaine, se trouvaient à l'aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv en attendant de quitter le pays, tandis qu'un quatrième, une femme allemande, étai toujours en détention, a indiqué leur avocate, Smadar Ben-Natan.

Celle-ci a indiqué que les ressortissants israéliens avaient été libérés sur parole. Aucune charge n'a été retenue contre eux.

L'avocate a affirmé que l'un d'entre eux, Yonatan Shapira, un ancien officier israélien, avait été maîtrisé à l'aide d'un pistolet électronique alors qu'il tentait de résister pacifiquement aux tentatives de le séparer de son frère Itamar.

Source La Presse


Contrairement à ce que racontait la propagande militaire israélienne au cours de la journée de mardi, les passagers du bateau Irene pris d’assaut par la marine israélienne dans les eaux internationales ont été traités très brutalement par leurs agresseurs, les Juifs de citoyenneté israélienne ayant droit à un supplément de coups... voir le quotidien Haaretz.com

Des attaques terroristes déjouées. Qui manipule qui? (vidéo)

Des attaques terroristes en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, planifiées au Pakistan, ont été déjouées par les services de renseignement, a rapporté mardi la chaîne de télévision britannique Sky News, citant des sources du renseignement.¸

Des attaques simultanées étaient prévues à Londres et dans de grandes villes françaises et allemandes, a précisé la chaîne privée, ajoutant que le projet était avancé, mais que les attentats n'étaient pas imminents.

Des activistes basés au Pakistan et ayant planifié ces attaques étaient sous surveillance depuis quelque temps par les services de renseignement, indique Sky.

Selon les sources du renseignement cité par la chaîne, les attaques auraient dû être similaires à celle de Bombay, en Inde en novembre 2008, quand un commando d'islamistes avait attaqué simultanément plusieurs objectifs, dont des hôtels, dans la capitale économique indienne, faisant 163 morts.

Le projet d'attaques en Europe a été découvert à la suite d'une collaboration entre les services de renseignement britanniques, français, allemands et américains, affirme Sky.

Dès la découverte de ce projet, l'armée américaine a apporté son aide à ses alliés européens pour rechercher au Pakistan les organisateurs de cette vague d'attaques.

La divulgation de ces projets terroristes intervient alors que la France a officiellement mis en garde sa population contre un risque d'attentats imminents.

Mercredi dernier, la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, avait affirmé devant le Sénat que les pays occidentaux étaient menacés par une « activité en hausse » de groupes extrémistes islamistes, dont les complots sont de plus en plus durs à déjouer, selon elle.

« Nous constatons tous une activité en hausse de la part d'un éventail de groupes plus divers » qu'auparavant, avait-elle déclaré.

Dans une déclaration écrite au Sénat, le chef des services antiterroristes américains, Michael Leiter, avait lui estimé que « l'Europe est le principal objet d'attention d'Al-Qaïda »

Source La Presse

Qui manipule qui ?

Selon l’Observatoire du nucléaire, l’enlèvement des sept français par AQMI serait une manœuvre de l’armée française ? Mecanopolis

Qui se cache derrière Al-Qaïda au Maghreb islamique ? Mecanopolis


Qui manipule AQMI ?
envoyé par Mecanopolis. -


Africom, A.Q.M.I. et Bases US en Algérie : La face cachée 1/3 (Vidéo)

Un rappel historique sur les négociations Israël Palestine (vidéo)

Un petit retour sur l'histoire des négociations Israël Palestine. Plus ça change, plus c'est pareil.

srael Palestine

Israël intercepte le bateau des 7 pacifistes juifs

La marine israélienne a intercepté mardi un voilier de pacifistes juifs qui tentaient de briser symboliquement le blocus maritime de la bande de Gaza.

« Dix navires de guerre israéliens ont forcé le bateau à faire route vers Ashdod (port israélien) », a déclaré à l'AFP un des organisateurs qui se trouvait à terre à Gaza, Amjad al-Shawa.

« Ils se sont rendus parce qu'ils étaient encerclés, ils n'avaient pas le choix », a-t-il ajouté.

« La marine a pris le contrôle du voilier pour l'amener au port d'Ashdod », a pour sa part confirmé l'armée israélienne dans un communiqué, ajoutant que l'interception n'avait donné lieu à aucune violence de part et d'autre.

« Avant l'abordage, la marine a lancé deux avertissements au capitaine », selon l'armée israélienne, qui a qualifié l'opération de « provocation ».

« Ils ont dit que nous approchions une zone soumise à un blocus maritime et nous ont demandé de changer de cap », avait auparavant indiqué à l'AFP un passager du bateau Irene, Yonatan Shapira, par téléphone satellitaire.

M. Shapira, ancien officier israélien, avait précisé que le petit voilier battant pavillon britannique, avec à bord sept militants juifs pro-palestiniens et deux journalistes, se trouvait à 20 milles nautiques de la bande de Gaza.

Source La Presse

Reprise des constructions et expulsion de dizaines de familles palestiniennes

Jérusalem, expulsion de dizaines de familles palestiniennes


Le quotidien israélien « Haaretz » a rapporté que le haut tribunal israélien a rejeté dimanche un appel déposé par groupe de familles palestiniennes vivant dans le quartier Sheikh Jarrah, à l’est de Jérusalem AlQuds occupée.

Le quotidien poursuit que les juges au tribunal ont rejeté à l’unanimité l’appel des Palestiniens sur leur possession d’une grande terre dans la partie ouest de ce quartier.

Suite à la décision du tribunal, les colons pourront désormais accaparer des dizaines de maisons de Palestiniens et entamer des projets de colonisation à Sheikh Jarrah.

Arié King, un des principaux artisans de la colonisation à l’est de Jérusalem AlQuds occupée, a affirmé, dans ce contexte, que « d’ici à deux jours, trois des familles palestiniennes devront évacuer leurs maisons. Elles seront remplacées par des familles juives ». Il a ajouté que des dizaines de foyers pour les juifs seront également construits dans ce quartier.

Il est à noter que trois des familles palestiniennes ont déjà été contraintes d’évacuer leurs foyers, 25 autres menacées d’expulsion.

Source Al Manar tv


Israël : reprise des constructions en Cisjordanie

Hebron — La construction a recommencé dans des colonies de Cisjordanie occupée hier après l'expiration du moratoire sur la colonisation, mais les Palestiniens réservaient leur réponse sur l'avenir des pourparlers de paix.

Sur le terrain, des bulldozers étaient à l'oeuvre dans plusieurs implantations de Cisjordanie, notamment à Adam, Ariel, Yitzhar, Karmè Tzur et Kyriat Arba, près de la ville de Hébron, haut lieu de tension entre colons et Palestiniens. «Nous allons construire, mais tranquillement. Nous espérons que c'est [le moratoire] vraiment fini, que ce n'est pas une manoeuvre de Nétanyahou et que nous allons pouvoir bâtir en grand, comme avant », a dit Tzvi Katzover, une figure des colons, devant le Tombeau des patriarches à Hébron, en marge d'un pèlerinage de 15 000 fidèles juifs.

Nétanyahou a résisté aux pressions internationales en refusant de reconduire tel quel le gel des nouvelles constructions dans les colonies, au risque de compromettre la poursuite des discussions. Il a toutefois appelé les colons à « faire preuve de retenue et de responsabilité » et demandé à ses ministres de maintenir un profil bas pour éviter qu'Israël soit tenu pour responsable d'un torpillage des négociations.

Selon le quotidien Maariv, le ministre de la Défense, Éhoud Barak, a examiné avec Washington la possibilité de freiner de facto la construction en échange d'un soutien américain à des exigences israéliennes, en particulier la reconnaissance d'Israël par les Palestiniens comme « État du peuple juif » et de garanties de sécurité sur sa frontière orientale.

De Damas, le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a appelé M. Abbas à cesser de négocier avec Israël.

La fin du moratoire autorise toute personne ou toute institution à construire dans une implantation, si elles ont obtenu un permis il y a dix mois. Les municipalités des colonies sont également à nouveau autorisées à délivrer des permis de construire, à condition que les plans d'urbanisation aient été approuvés par le ministère de la Défense, responsable de la Cisjordanie occupée.

Source Le Devoir

La volonté d'Israël a toujours été de mentir, la preuve :

« Selon le vice-Premier ministre Silvan Shalom, “Le gel est une excuse. De telles exigences n'avaient jamais été présentées à aucun Premier ministre auparavant”, ajoute Shalom.
Source Jérusalem Post

lundi 27 septembre 2010

La tension monte entre Palestinien et colons israéliens

La branche armée du Fatah jure de répondre à l’activité de colonisation
Par Maan News

Les Brigades Al-Aqsa ont exhorté dimanche l’Autorité Palestinienne à maintenir sa résolution de quitter les pourparlers de paix récemment relancés si une expansion des colonies à grande échelle reprenait

Alors que le moratoire partiel de 10 mois sur la construction dans les colonies expirait dimanche, des colons israéliens ont creusé les fondations d’une nouvelle école dans l’avant-poste illégal Rommanim, au sud du district d’Hébron. Près de Bethléem, on a pu voir des Israéliens habitant dans la colonie illégale Noqedim installer des caravanes sur une terre appartenant au village palestinien Khirbet Jub Ath-Theib. Samedi, des colons ont installé 20 caravanes au sommet d’une colline, à l’extérieur de la colonie illégale Revava, au nord de la Cisjordanie.

Les Brigades ont déclaré dans un communiqué que les attaques des colons contre le peuple palestinien et sa terre étaient allées trop loin sans que personne n’intervienne. La reprise de l’expansion coloniale, dont le groupe a noté qu’elle n’a jamais vraiment arrêté, est la preuve des intentions du gouvernement israélien de nier les droits palestiniens, ont dit les Brigades.

Le groupe a cité la relaxe d’un agent de sécurité appointé par les colons qui a tué deux Palestiniens mercredi dernier comme preuve supplémentaire que le gouvernement israélien soutenait les groupes de colons d’extrême-droite. L’assassinat de Samer Abu Sarhan, 28 ans, père de cinq enfants, à Silwan, ne fut qu’un épisode de plus dans un cycle sans fin d’attaques contre les Palestiniens et leur terre, ont dit les Brigades.

L’aile militaire du parti Fatah a déclaré que ses combattants donneraient aux groupes de colons « des leçons inoubliables. »

Le Président Mahmoud Abbas (dont le mandat a expiré en janvier 2009, NDT) a déclaré aux dirigeants mondiaux, samedi à l’Assemblée Générale des Nations Unies, qu’Israël devrait choisir entre l’expansion coloniale et la paix.

En dépit des pressions des Nations Unies, de l’Union Européenne et des États-Unis, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a jusque là refusé de prolonger le gel de la construction dans les colonies.

Source International Solidarity Movement

Dissension au sein de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP)

Le FPLP suspend sa participation au Comité Exécutif de l’OLP pour protester contre la reprise des négociations
Par Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP)

Le Front Populaire pour la Libération de la Palestine a annoncé, lors d’une conférence de presse le 25 septembre 2010, qu’il suspendait sa participation au Comité Exécutif de l’OLP en réponse au retour d’Abu Mazen aux négociations et à « l’approbation » de cette action dangereuse par le Comité Exécutif.

Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu à Ramallah, dirigée par le secrétaire général adjoint, le camarade Abdel-Rahim Mallouh, et les membres du Bureau Politique, les camarades Khalida Jarrar et Omar Shehadeh, le Front a prévenu des conséquences et des répercussions graves de la politique de concessions et d’apaisement envers les États-Unis et Israël.

La conférence de presse a diffusé le communiqué suivant :

Le communiqué en français ICI International Solidarity Movement
En anglais ICI FPLP Front Populaire pour la Libération de la Palestine

Le bourbier afghan

Martyrs d'une guerre perdue d'avance
Par Fabrice de Pierrebourg *

Plus de 150 morts et d’un millier de blessés canadiens, des soldats suicidaires et qui combattent gavés d’anti-dépresseurs, près de 20 milliards dépensés, des seigneurs de guerre narcotrafiquants qui font fortune sur le dos des contribuables canadiens, une population civile meurtrie et désabusée, tel est le bilan provisoire et peu reluisant de la guerre du Canada en Afghanistan.

D’ici le retrait annoncé de juillet 2011, combien d’autres cercueils en aluminium auront pris le chemin du Canada?

Combien de soldats reviendront amputés ou mutilés psychologiquement de ce bourbier, martyrs d’une guerre inutile et perdue d’avance…

Fabrice de Pierrebourg a partagé à deux reprises en tant que journaliste le quotidien de ces hommes et femmes envoyés comme de la chair à canon sur des routes minées, ou abandonnés à leur triste sort. Il nous conte des histoires inédites, effrayantes et parfois inquiétantes.

Martyrs d’une guerre perdue d’avance est un document résolument noir aux allures de réquisitoire. Loin des discours officiels, des belles histoires de puits creusés et de fillettes qui vont à l’école, c’est un témoignage à la fois cru et respectueux, un récit sans filtre que nous livre Fabrice de Pierrebourg sur le quotidien des soldats canadiens dans la province de Kandahar, leurs joies, leurs peines, leurs colères, leurs frustrations… Des histoires de courage, de peur, de sang, d’amitiés, de bandes de copains soudés dans l’épreuve jusqu’à mort. Et aussi de dérapages que l’armée canadienne a soigneusement tenus secrets.

Martyrs d’une guerre perdue d’avance est une enquête journalistique dérangeante, complétée par des confidences exclusives, dont celles de l’ex-premier ministre canadien Jean Chrétien.

Source : Le blogue de Fabrice de Pierrebourg
Photo de Fabrice de Pierrebourg

* Fabrice de Pierrebourg était journaliste au Journal de Montréal, puis à Rue Frontenac, le média des lock-outés du quotidien. Il vient d'être engagé par le journal La Presse. Il est allé en Afghanistan à deux reprises et en a tiré un livre. (Entrevue avec Chriatiane Charest émission du 27 septembre)

dimanche 26 septembre 2010

Des militants juifs tentent de briser le blocus maritime de Gaza




Un bateau, avec à son bord des militants pacifistes juifs israéliens, européens et américains, a quitté dimanche le port de Famagouste, dans le nord de Chypre, vers la bande de Gaza, espérant briser symboliquement le blocus.

« C'est un devoir sacré pour moi en tant que survivant (de la Shoah, ndlr) de protester contre la persécution, l'oppression et l'enfermement de tant de gens, dont plus de 800 000 enfants à Gaza », a expliqué à l'AFP l'un des passagers, Reuven Moshkovitz, un Israélien de 82 ans.

Le bateau, un voilier baptisé Irene et battant pavillon britannique, transporte des jouets, des livres, du matériel pour des pêcheurs ou encore des médicaments, « une aide symbolique » pour la population de la bande de Gaza.

L'organisation bénéficiaire est le Programme de santé mentale de la Communauté de Gaza, dirigé par le psychiatre Eyad Sarraj.

Une dizaine de personnes sont à bord du bateau, des militants originaires d'Israël, d'Allemagne, du Royaume-Uni et des États-Unis, et au moins un journaliste.

Le trajet vers Gaza devrait, en théorie, durer environ 36 heures.

« Le bateau tentera d'atteindre la côte de Gaza et de débarquer son chargement dans un acte non-violent et symbolique de solidarité et de protestation, et demandera la levée du blocus pour permettre aux biens et aux personnes de circuler librement de et en direction de la bande de Gaza », a indiqué l'organisation « Deux peuples, un futur » dans un communiqué.

« Nous avons une stratégie de non-violence et de non-confrontation, si l'armée israélienne arrête le bateau, nous ne les aiderons pas à l'emmener à Ashdod » (ndlr: port israélien), a précisé à l'AFP Yonatan Shapira, un ancien soldat israélien, membre de l'équipage.

« La politique israélienne n'est pas soutenue par tous les juifs dans le monde », a affirmé Richard Kuper, membre du groupe organisateur, cité dans le communiqué, en appelant « tous les gouvernements et les peuples à travers le monde à dénoncer et à agir contre l'occupation » israélienne.

Le 31 mai à l'aube, des commandos israéliens avaient donné l'assaut à un convoi humanitaire maritime, baptisé « La flottille de la liberté », tuant 9 passagers turcs.

Après la vague de réprobations internationales soulevée par l'assaut, Israël a accepté d'alléger le blocus qu'il impose à Gaza depuis juin 2006, renforcé à la suite de la prise de contrôle du Hamas en juin 2007.

L'État hébreu maintient toutefois un strict blocus maritime pour empêcher l'importation de matériel de guerre dans le territoire.

Source La Presse

Entrevue avec Dr Eyad El Sarraj lors de l'attaque de Gaza 2009


Les colons juifs mettent fin au moratoire sur les constructions

Plusieurs milliers de colons israéliens réunis à Revava, une enclave proche de Naplouse, ont symboliquement marqué dimanche la fin du moratoire de dix mois sur les constructions de peuplement en Cisjordanie.

L'expiration du moratoire israélien sur la colonisation en Cisjordanie, dimanche soir, va aussitôt mettre à l'épreuve les fragiles négociations dites de paix relancée le 2 septembre dernier entre « Israël » et l’Autorité palestinienne, sous l'égide des États-Unis.

Source l'Express

Fin du moratoire sur la colonisation : les chantiers s’apprêtent à redémarrer

« Israël » qui prétend être « disposé à parvenir à un compromis agréé par toutes les parties » a réaffirmé « qu'il ne saurait y avoir zéro construction » dans les colonies.

« Dimanche soir, les chantiers vont redémarrer, nous n'aurons pas besoin de décision spéciale ou d'annonce », a assuré la ministre israélienne des Sports et de la Culture Limor Livnat.

De leur côté, les colons affirment avoir mobilisé des dizaines de bulldozers, prêts à redémarrer la construction dimanche soir. Selon la radio publique, les mises en chantier de plus de 1.500 logements, ayant obtenu tous les permis nécessaires des autorités d’occupation, peuvent commencer « immédiatement ».

Symboliquement, les colons, soutenus par le Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, prévoient de poser la première pierre d'un nouveau quartier à Kiryat Netafim, une colonie du nord de la Cisjordanie occupée, dès dimanche après-midi.

« De la même façon que le gel a été total, la reprise des constructions doit être totale, comme si y est engagé le gouvernement », a plaidé Danny Dayan, le député du Likoud et le leader de Yesha, la principale organisation des colons de Cisjordanie.

Ces derniers ont également l'intention de lancer un décompte géant dimanche soir, tandis que des militants du Likoud ont annoncé avoir affrété une centaine d'autobus qui doivent sillonner la Cisjordanie en signe de solidarité avec les colons.

Israël Beitenou, le parti du ministre des Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman ainsi que le Shass, une formation ultra-orthodoxe, les deux principaux alliés du Likoud dans la majorité s'opposent également à toute prolongation du gel.

Côté palestinien, le président Abbas a jusqu'à présent rejeté tout compromis qui ne garantirait pas un "arrêt total" de la colonisation. Il a affirmé qu'il refusait une "solution partielle".

« Israël » doit « choisir entre la paix et la poursuite de la colonisation », a plaidé le chef de l'Autorité palestinienne samedi à la tribune de l'ONU.

Cependant, sur le front diplomatique, les États-Unis poursuivaient leurs efforts intensifs pour tenter de trouver in extremis « un compromis » ou en d'autres termes, un gel partiel de la colonisation.

Source Al Manar TV

Israël la seule démocratie du Moyen-Orient (vidéo)

La députée Anastasia Michaeli, une copine d'Avigdor Lieberman au sein du parti d'extrême-droite raciste Yisraël Beiteinu (au pouvoir, faut-il le rappeler ?) a ainsi imploré la clémence « de sa famille, ses 8 enfants et son mari bien-aimé » à qui elle confesse « ne pas avoir accordé toute l'attention qu'ils méritent ».

Et pour cause, pourrait-on dire! C'est que Anastasia Michaeli était bien trop occupée à donner des leçons de démocratie à la terre entière dans l'enceinte de la Knesset. On la voit à l'oeuvre, sur les images de la vidéo ci-dessous, alors qu'elle agresse physiquement la députée Haneen Zoabi, qui est l'un des 11 députés de la minorité arabe (sur 120).Remarquable démonstration du fonctionnement des institutions pseudo-démocratiques israéliennes



Haneen Zoabi, qui s'oppose avec courage à la reconnaissance par l'Autorité Palestinienne d'Israël comme « État juif », et qui dénonce ce qu'elle appelle « un apartheid sophistiqué », était à bord d'un des navires de la « flottille de la liberté » qui fut, le 31 mai dernier, la cible de la sanglante opération de piraterie en haute mer par les commandos de marine israéliens, dont les experts de l'ONU viennent d'établir qu'elle a été marquée par des « homicides intentionnels, tortures ou traitements inhumains, et le fait de causer intentionnellement de grandes souffrances ou des blessures graves ».

Pour ce motif, le Ministre de l'Intérieur israélien veut tout simplement la priver de sa nationalité pour « déloyauté », mais pour le moment elle a seulement été privée de son passeport diplomatique (dont tout député est titulaire).

Haneen Zoabi est d'ailleurs également très critique à propos de l'Autorité Palestinienne

Source Plate forme Charleroi Palestine

Crise alimentaire, repenser l'agriculture (Vidéo)

Au-delà de la crise alimentaire : la souveraineté alimentaire, repenser l’agriculture

En partant du quotidien d'agriculteurs, ce récent documentaire de Vincent Bruno, produit par une Coalition belge contre la faim, fait un petit tour du monde agricole et alimentaire afin de comprendre quels sont les problèmes communs aussi bien en Europe qu’en Afrique ou au Brésil. Il démontre que s'imposent des politiques agricoles et de développement visant la souveraineté alimentaire, définie comme le droit des populations de choisir leur agriculture et leur alimentation sans porter préjudice aux droits des autres peuples.

FILM /// Je mange donc je suis


L’idée de la souveraineté alimentaire est également au cœur du numéro double de la revue Possibles de l'été 2010 publié par le Réseau d'études des dynamiques transnationales et de l'action collective (REDTAC). Intitulé Au-delà de la crise alimentaire : la souveraineté alimentaire, repenser l’agriculture, il se veut à la fois une introduction au concept de souveraineté alimentaire, une réflexion exhaustive sur l’agroalimentaire, les communautés rurales du monde et sur ce que nous mangeons ou pas. Ainsi, le REDTAC souhaite contribuer à soutenir le débat public sur l’avenir de l’agroalimentaire amorcé au Québec avec les rapports préparés pour la Commission sur l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire - dont le résultat semble bien parti pour être tabletté - et en cours actuellement dans le cadre du processus pancanadien de consultation pour une politique alimentaire populaire.

Source Cybersolidaires

samedi 25 septembre 2010

Incursion dans le bourbier afghan

Afghanistan, un crâne d'Afghan en guise de cible
Par Fabrice de Pierrebourg

L'effet conjugué de la folie, du stress et, peut-être aussi, de la bêtise débouche inexorablement sur des dérapages peu glorieux, comme celui que j'ai découvert au cours de mes recherches. Le 30 mai 2009, trois soldats du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment de Valcartier avaient caché un crâne dans un recoin de leur base, sur lequel ils avaient peint une cible, dessiné des moustaches et inscrit la date où ils l'avaient trouvé, en plus de le coiffer d'un chapeau de Noël, m'a-t-on dit.
Ce n'est que deux jours plus tard que le commandant du détachement a été mis au courant de l'histoire par un caporal-chef.

D'où venait ce crâne? Selon ce que l'ANP, la police nationale afghane, a indiqué aux autorités militaires canadiennes, un policier afghan le leur aurait donné alors qu'ils étaient en opération près d'un cimetière. Était-ce un cimetière taliban?

Pour quelle raison ce policier avait-il agi ainsi? Visiblement choqué, l'un des militaires qui m'a soufflé cette anecdote dégoûtante, et qui était présent en Afghanistan à cette époque m'a en outre raconté que ces trois soldats avaient rapporté leur prise de guerre en la fixant sur leur blindé -information que je n'ai pu valider.

Ce militaire imaginait avec une pointe de dégoût le blindé orné de sa reliqmacabre traversant les villages sous les yeux médusés de leurs habitants.

Les soldats coupables de cette ignominie, qu'on croirait tout droit sortie des heures les plus sombres de la guerre du Vietnam, ont été rapatriés immédiatement à la base de Valcartier, où ils ont subi un procès par voie sommaire, comme me l'a confirmé la Défense nationale.

Ils ont été accusés en vertu de l'article 129 de la Loi sur la défense nationale, qui réprime toute « conduite préjudiciable au bon ordre et à la discipline ». L'un d'eux a payé une amende de 500$ et tous trois ont fait l'objet d'une réprimande et de mesures administratives que l'armée tient secrètes (cela peut aller jusqu'à l'exclusion des Forces).

Ils ont aussi été privés des primes versées aux militaires déployés en Afghanistan. Quant au crâne, il a été rendu dans une boîte au chef adjoint de district par un officier de la COCIM (coopération civilo-militaire) avec les excuses de l'armée!

À la même époque, d'autres crânes sont apparus sur les carrosseries : des têtes de mort peintes, accompagnées de messages à l'adresse des insurgés, une pratique largement répandue au sein des forces américaines. « Nous, on tue les talibans, ce n'est pas comme les Canadiens », m'a répondu avec un air provocateur un marine qui était en train d'en peindre une sur la tourelle de son Humvee.

Je lui faisais part de ma surprise en lui précisant que ce genre de chose n'était pas toléré au sein des troupes canadiennes. Puis il a ajouté : « Un prisonnier taliban m'a déjà dit que, dans l'ordre, ils préféraient attaquer des Américains, puisque nous sommes leur vrai ennemi, puis les Anglais, pour des raisons historiques, et enfin les Canadiens, car ils ne sont pas la cible la plus intéressante pour eux.»

Source La Presse À lire Bienvenue chez les Kafards

Afghanistan, la drogue et les militaires canadiens

Les narco-tentations du « Cannabistan »
Par Fabrice De Pierrebourg

La drogue fait partie de l'environnement de la base avancée canadienne à Sperwan Ghar et de toute la zone d'opération des troupes canadiennes. Pavot ou cannabis, selon les saisons. Il n'y a qu'à se pencher pour se servir, et certains ne se gênent pas. Un jour, un soldat vient me chercher pour « me montrer quelque chose ». Il m'invite à le suivre jusqu'à une pièce qui sert de chambre à une poignée de soldats. Il ouvre la porte. Ses collègues sont hilares : du pot est en train de sécher sur des fils qui courent sur toute la longueur d'un des murs. L'un d'eux suggère à la blague que je prenne une photo.

Je décline poliment son invitation.

Les autorités militaires canadiennes n'ont jamais caché que la facilité avec laquelle les soldats déployés en Afghanistan peuvent se procurer des stupéfiants les préoccupait. « L'accès à des drogues illicites est la routine », précise une note de briefing adressée en 2007 par un responsable de la police militaire au commandant de la Force opérationnelle.

Chaque année, les policiers militaires mènent des investigations reliées à ce problème (...). Si on en croit leurs rapports, les fautifs, soldats et civils, ont été surpris en train de fumer du haschisch ou en possession d'une pipe à haschisch ou de boulettes. Certains ont été démasqués à la suite d'inspections menées avec des chiens renifleurs juste avant leur départ de Kandahar pour le Canada. Pour ces amateurs de paradis artificiels, la sanction est immédiate : rapatriement au Canada et éventuellement incarcération dans une prison des Forces canadiennes.

Le célèbre haschisch afghan est tellement prisé que certains trafiquants ne reculent devant rien pour satisfaire leurs clients. Y compris le faire pénétrer par camion sur la base de KAF.

Le 27 novembre 2008, deux petits sacs remplis de haschisch ont été découverts par hasard dans la cour de l'Unité d'appui du génie lors du déchargement d'un camion d'une compagnie afghane rempli de pièces métalliques. Les deux chauffeurs ont été interrogés, mais les rapports préliminaires et succincts de la police militaire que j'ai consultés ne permettent pas d'en apprendre plus. Impossible de savoir s'il s'agissait d'une première avortée ou d'un mécanisme d'approvisionnement des troupes canadiennes bien huilé et bénéficiant de complicités internes.

(...) La drogue la plus prisée des militaires est la marijuana, devant la cocaïne et l'ecstasy. Les drogues synthétiques de type méthamphétamine demeureraient en revanche marginales. [...] Quand des soldats ne se droguent pas volontairement, ce sont les paysans du secteur de Sperwan Ghar qui se chargent de le faire.

À chaque récolte, les Afghans ont l'habitude de ne conserver que les cocottes. Tout le reste est brûlé sur place. Des milliers de plans dévorés par les flammes. Et une épaisse fumée odorante qui se balade au gré des vents jusque sur la base.

Source La Presse