mardi 31 mai 2011

Libye, les travailleurs immigrants victimes des rebelles et de l'OTAN (vidéos)

L'OTAN qui prétend défendre les Libyens voila la réponse des migrants sur le sujet. L'exaction contre la population ne semble pas venir de Kadhafi, mais des groupes du CNT. Où sont les médias?

Objectif de l'OTAN
Empêcher l’unité africaine
Installer l’OTAN comme gendarme de l’Afrique

Le but de l’OTAN est en fait de se substituer à l’ONU. Cette militarisation du monde rend notre avenir de plus en plus dangereux. Et cela a bien sûr un coût terrible : les États-Unis prévoient pour 2011 un budget militaire record de 708 milliards. Soit 2.320 dollars par habitant! Deux fois plus qu’aux débuts de Bush.

Source Comprendre la guerre en Libye
Vidéo publié le 13 mai 2011 par mackdv



Libyan child tells of the constant bombings in Tripoli



Cette vidéo a été envoyée par un résident de Tripoli originaire du Cameroun

En France, la Ligue de défense juive frappe encore (vidéo)

Dignes des méthodes fascistes... ça ressemble bien à leur maitre à penser Lieberman

Le 5 mai dernier, à la mairie du XIVe arrondissement de Paris à l'occasion d'une réunion organisée par l'association France-Palestine, une vingtaine de membres de la LDJ (Ligue de défense juive) ont interrompu violemment la conférence. Sept d'entre eux ont été interpellés.

La vingtaine de jeunes gens, certains mineurs, avaient pris place calmement dans la salle des fêtes de la mairie du XIVe arrondissement. Le 5 mai, une réunion publique de l'Association France-Palestine solidarité (AFPS) y était organisée. La présence de ces « jeunes » réjouissait Sylviane de Wangen, déléguée de la section de l'arrondissement de l'association :

« On n'a pas l'habitude de voir des moins de 25 ans s'intéresser au conflit israélo-palestinien. » Elle a vite déchanté.

Gants en cuir renforcés et chaises qui volent
Car au bout d'une heure, après qu'on leur a refusé la parole par  manque de temps , ils décident d'interrompre la réunion en se levant et en hurlant des slogans comme « Israël vaincra ». Deux drapeaux israéliens sont déployés, des gants en cuir renforcés de plomb ou de sable enfilés. (Voir la vidéo)



L'intégrale de l'article sur Rue 89

« Zambie : à qui profite le cuivre? »

C'est un film ahurissant que diffuse France 5 ce mardi soir. L'enquête « Zambie, à qui profite le cuivre? » montre comment la banque européenne d'investissement (BEI) finance en Afrique le leader mondial des matières premières, Glencore, soupçonné d'évasion fiscale. Afrique, pauvreté, pollution, comptes dissimulés, et pourtant, Alice Odiot et Audrey Gallet ont réussi, pour leur premier documentaire, à illustrer parfaitement ce qu'on appelle la « malédiction des ressources naturelles » :

« Comment un pays riche en matière première peut-il être pauvre? »


Voir l'intégrale de l'article sur Rue 89

Obama, les bonnes et mauvaises dictatures

Il reste des dictateurs soutenus par les États-Unis...

C’est l’effet indésiré du nouvel engagement américain pour la démocratie au nord de l’Afrique : maintenant que Barack Obama a laissé tomber Hosni Moubarak et fait bombarder Mouammar Kadhafi, on regarde avec plus d’attention quels sont encore les dictateurs qui continuent d’opprimer et piller leurs peuples avec le soutien complice des dirigeants américains. Le New York Times de ce mardi attire l’attention sur un cas d’école : Teodoro Obiang Nguema, président de la petite Guinée Équatoriale, au pouvoir depuis 1979, avec la complicité active des diplomates et hommes d’affaires américains. Comme le formule joliment le New York Times, « le fait qu’il soit très critiqué en matière de libertés élémentaires n’a guère fait obstacle à un large engagement commercial et diplomatique américain ». La Guinée Équatorial est le quatrième exportateur africain de pétrole, grâce notamment aux investissements des compagnies américaines Chevron, Marathon Oil et Noble Energy.


Une société privée américaine, Military Professional Resources Inc (MPRI), dirigée par un proche de Donald Rumsfeld et bénéficiant de « liens forts avec le Pentagone » détient un contrat d’une valeur de 250 millions de dollars pour assurer la sécurité maritime du régime ou aussi former les troupes de polices… aux droits de l’homme, rapporte le New York Times. Comme il se doit aux États-Unis, le soutien à cette dictature est bipartisan : jusqu’à tout récemment encore, un ancien conseiller de Bill Clinton, Lanny J. Davis, avait aussi un contrat d’un million de dollars par an pour aider le président Obiang à polir son image.

L’actuel ambassadeur américain à Malabo semble aussi sur la même ligne de grande indulgence pour cette dictature nourrie aux pétrodollars, dénonce le New York Times : un télégramme diplomatique révélé par WikiLeaks estimait en 2009 qu’il était temps « d’abandonner la posture morale » et minimisait la corruption de ce charmant régime.

Malgré les « formations aux droits de l’homme » délivrées par les conseillers américains, la torture reste « systématique » dans les geôles de Guinée équatoriale, rappelle le New York Times, citant opposants et défenseurs des droits de l’homme. Freedom House a classé la Guinée Équatoriale parmi les « pires des pires » régimes au monde, aux côtés de la Libye, du Turkménistan ou de la Birmanie. Depuis que le pétrole y est exploité, c'est-à-dire ces vingt dernières années, la mortalité infantile s'est encore aggravée, a aussi constaté la Banque mondiale.


Palestine : Yes we come ! (Vidéos)

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird tente de dissuader les organisateurs canadiens.

«J'incite fortement les personnes qui désirent livrer des marchandises humanitaires à la bande de Gaza à le faire par le truchement de réseaux établis.Les initiatives d'aide non autorisées constituent une provocation et n'aident en rien l'atteinte de l'objectif de venir en aide à la population de la bande de Gaza » a déclaré Baird, ministre conservateur.

La flottille deux fois plus importante que la première entend prendre la route vers la fin juin..

Stéphan Corriveau un des organisateurs de la flottille canadienne pour Gaza répond à Baird.

 « M. Baird fait abstraction de plusieurs faits importants. Le premier, c'est que le blocus est illégal et immoral et que les Palestiniens nous répètent qu'ils ont besoin de cette aide. Deuxièmement, il dit aux gens d'utiliser la Croix-Rouge internationale. Or, elle-même dit qu'elle a besoin de plus que les canaux établis parce que les Israéliens les bloquent systématiquement. Donc, il faut qu'on agisse. »

L'armée israélienne a déjà exprimé son intention d'empêcher toute tentative humanitaire de parvenir dans la bande de Gaza à l'extérieur des chemins préétablis. La semaine dernière, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté les gouvernements du bassin méditerranéen à tout faire pour empêcher l'envoi de nouvelles flottilles.

Source Cyberpresse,
« Aide pour Gaza : le ministre Baird tente de dissuader les organisateurs » de Hugo De Grandpré


À l’appel des Palestiniens : Tous en Palestine du 8 au 16 juillet prochain! Yes, we come !





lundi 30 mai 2011

L’impérialisme et la révolution arabe

Depuis plus de deux mois, une coalition impérialiste bombarde la Libye. Selon l’ONU et l’OTAN, l’objectif officiel de ces frappes – qui touchent souvent des quartiers résidentiels – est de « protéger des civils ». Or, toutes les dictatures d’Afrique et du Moyen-Orient ont été armées et soutenues par les grandes puissances. Ces régimes servent à terroriser les travailleurs et faciliter leur exploitation. Mais tout d’un coup, comme avec Saddam Hussein, le Pentagone et ses alliés européens ont fait mine de découvrir que Kadhafi est un dictateur, alors que jusqu’à la veille de l’intervention, ils rivalisaient pour lui vendre des armes.

Le Conseil National de Transition (CNT) que la coalition veut installer au pouvoir est composé d’éléments réactionnaires qui n’ont rien à voir avec la révolution arabe. Il est dirigé par des transfuges du régime tels que l’ex-ministre de la Justice de Kadhafi, Mustafa Abdel Jalil, et l’ex-ministre de l’Intérieur, le général Abdul Fattah Younes. Quel est, au juste, le programme politique de ces « rebelles » encadrés par la CIA, les services secrets britanniques et autres « forces spéciales » des grandes puissances? Le but de la coalition n’est ni la protection des civils, ni la démocratie, mais l’assujettissement et le pillage du pays à l’aide d’un « Hamid Karzaï » libyen.

En Côte d’Ivoire, toujours pour « protéger des civils », la France a engagé ses forces armées dans les combats pour installer Ouattara à la place de Gbagbo. Ouattara est un ancien premier ministre sous la dictature d’Houphouët. Il a également été directeur adjoint du Fonds Monétaire International. L’implication de la France dans ce coup de force est directement liée aux intérêts des grands groupes français – dont Bolloré – en Côte d’Ivoire.

Réunion publique à Paris,
Mercredi 1er juin à 19 h
Librairie Résistance
4 Villa Compoing - Métro Guy Môquet
Avec Greg Oxley (PCF Paris 10e)

Source La Riposte

Canada : la flottille pour Gaza défie le ministre Baird (vidéo)

Souvenez-vous de la flottille 1 et 2 vers Gaza.

Le groupe « Un bateau canadien pour Gaza » compte aller de l’avant avec l’envoi par bateau de denrées essentielles aux gens de Gaza en Palestine, malgré les avertissements du ministre des Affaires étrangères du Canada, John Baird, dimanche.

Le groupe affirme que la sortie du ministre conservateur (photo ci contre) « n’est qu’un moyen pour le Canada de renoncer à ses obligations de protéger les Canadiens qui seront à bord de la flottille, et aussi de justifier à l’avance tout acte criminel qu’Israël pourrait commettre contre des civils canadiens non armés ».

Le bateau canadien sera accompagné par une dizaine d’autres embarcations financées par des gens de Turquie, d’Espagne, de France, des États-Unis, et d’autres pays.

Le ministre Baird avait dénoncé par communiqué, dimanche, une flottille humanitaire qui compte livrer des denrées essentielles aux Palestiniens de Gaza.

Source Canoe ( propriété de Québécor)



Éric Duhaime haut parleur de la droite au Québec et démagogue  par excellence


Le réactionnaire et démagogue du Québec Éric Duhaime du Réseau Liberté Québec dénonce les participants de cet événement sur le réseau Sun News, une chaîne de télévision de droite au Canada. propriété de *Pierre Karl Péladeau de Québécor.( Voir la vidéo ci dessous.)

Eric Duhaime publie dans les médias de Québécor, Journal de Montréal, Journal de Québec...

*PKP militait avec Gilles Duceppe (ex-chef du Bloc Québécois) fin des années 1970 dans la Ligue communiste révolutionnaire... Le monde et les temps changent comme on dit.

 

Syrie : médiamensonge de TF1 (vidéo)

Syrie : TF1 prise en flagrant délit de médiamensonge

Samedi 28 mai, une manifestation des étudiants syriens s'est tenue à Paris, place du Trocadéro. Pourtant selon l'AFP, reprit sur TF1news...

Deux cents personnes se sont rassemblées samedi après-midi sur l'esplanade du Trocadéro à Paris pour une « Syrie démocratique » et pour réclamer des « sanctions internationales » contre le régime de Bachar al-Assad, a constaté une journaliste de l'AFP.

POURTANT :



La journaliste ne s'est évidemment pas rendue sur place. Elle aussi, victime de la propagande, était-elle persuadée qu'une manifestation syrienne ne pouvait être que contre le gouvernement en place? Ou bien a-t-elle menti délibérément, car son papier intéresse davantage la rédaction de TF1 qui répète depuis plusieurs semaines que tout le peuple syrien manifeste contre le président en place? Soit, il s'agit d'un pur acte de manipulation.

Quoi qu'il en soit, le résultat est le même : un pur médiamensonge.

Qu'en pensez-vous?

Libye : Sarkozy pourrait être accusé de crimes contre l'humanité

Deux célèbres avocats, l'ancien ministre français des Affaires étrangères Roland Dumas et Jacques Vergès a annoncé à Tripoli qu'ils allaient déposer une plainte contre le président français Nicolas Sarkozy, l'accusant de « crimes contre l'humanité », annoncent lundi les médias occidentaux.

Au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue dimanche soir à Tripoli, le porte-parole du gouvernement libyen, Ibrahim Boukhzam a annoncé que les deux avocats avaient décidé de soutenir une plainte des familles « victimes des bombardements de l'OTAN » contre le président français.

Roland Dumas a indiqué avoir été « stupéfait de constater que cette mission (de l'OTAN) qui vise à protéger les civils est en train de les tuer ».

Il a dénoncé « une agression brutale contre un pays souverain », et a affirmé qu'il était prêt à défendre le colonel Mouammar Kadhafi au cas où il serait jugé par la Cour pénale internationale (CPI).

Qualifiant les pays de l'Alliance atlantique « d'assassins », Me Vergès a fustigé de son côté un « État français conduit par des voyous et des assassins ». « Nous allons briser le mur du silence », a-t-il dit.

À l'issue d'une visite de deux jours en Libye, les deux avocats ont indiqué qu'ils allaient commencer les procédures juridiques pour le dépôt de la plainte, dès leur retour lundi à Paris.


Harper le messager de Nétanyahou

Voilà que le Canada serait devenu le grand Manitou du G8 de Deauville où est la couleuvre?

Le messager de Nétanyahou
Par André Pratte
La Presse

À l'issue du sommet du G8, à Deauville, des sources diplomatiques ont indiqué qu'à la demande du premier ministre canadien, Stephen Harper, la déclaration du sommet a été amputée de toute mention des frontières d'avant 1967 comme fondement d'un accord de paix entre Israël et la Palestine. En faisant ainsi obstacle à la volonté de ses homologues, M. Harper a confirmé que le Canada est désormais l'allié le plus inconditionnel d'Israël, davantage même que les États-Unis.

Le quotidien Haaretz croit savoir que le chef de gouvernement canadien a agi ainsi à la suite d'un appel téléphonique du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, la veille de son départ pour la France. Le bureau de M. Harper a nié cette information. Des médias ont aussi rapporté que le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, avait pris contact avec le ministre John Baird pour le remercier de l'attitude de M. Harper pendant le sommet.

Rappelons brièvement de quoi il s'agit : depuis la guerre des Six Jours, en juin 1967, Israël occupe les territoires arabes de Gaza et de Cisjordanie. Au fil des ans, l'État juif a laissé faire ou encouragé la colonisation de ces territoires par ses citoyens. Aujourd'hui, quelque 500 000 Israéliens habitent dans ces colonies, ce qui complique considérablement les négociations avec les Palestiniens. Dans un discours majeur il y a 10 jours, le président Barack Obama a déclaré qu'un accord de paix devra être basé sur « les frontières de 1967 avec des échanges de territoires acceptés par les deux parties ». Cette position a soulevé la colère de M. Nétanyahou, selon qui les frontières d'avant la guerre des Six Jours sont indéfendables.

Les membres du G8 souhaitaient inclure la formulation de M. Obama dans la déclaration du sommet. M. Harper a refusé. La déclaration affirme néanmoins « avec force » le soutien des participants « à la conception de la paix israélo-palestinienne énoncée par le président Obama le 19 mai 2011 ». Nous sommes ici dans les subtilités diplomatiques. Il reste que les pays du G8 voulaient, à la suite du président américain, pousser Israël à nuancer sa politique du fait accompli dans les territoires occupés. C'est ce à quoi le chef de gouvernement canadien a mis le holà.

Il est assez curieux de voir le premier ministre conservateur, généralement si proche des politiques américaines, s'en dissocier sur cette question-là. Certes, le positionnement très pro-Israël de M. Harper est rentable politiquement. On l'a vu le 2 mai dernier, il semble que la communauté juive du pays ait délaissé le Parti libéral.

Toutefois, le premier ministre s'éloigne ainsi de l'opinion, beaucoup plus nuancée, de la majorité des Canadiens sur la situation au Proche-Orient (voir par exemple le sondage Angus Reid publié l'an dernier). De plus, il rompt avec la position traditionnelle du Canada. C'est un virage regrettable.


Moyen-Orient : Obama devrait se taire selon Vincente Fox

par Paul Journet
La Presse

(Québec) Les États-Unis croient aider le Moyen-Orient, mais ils n'y créent que des problèmes, estime Vicente Fox. Lors de son passage à Québec, dimanche, l'ancien président mexicain a sévèrement critiqué la politique américaine dans le conflit israélo-palestinien et dans le printemps arabe.

« Il n'y a que les citoyens et les gouvernements locaux qui devraient prendre les décisions. Pas Obama. Obama ne devrait même pas donner son opinion. C'est ça, le problème avec les États-Unis. Ils interviennent partout. Ils pensent qu'ils apportent des solutions, mais ils n'apportent que des problèmes. M. Obama devrait rester silencieux et laisser les gens de ces pays décider de leur avenir » a fustigé M. Fox. Il croit que les Américains devraient se contenter d'identifier les leaders locaux et les aider à prendre les rênes de leur pays.

Et leur rôle de médiateur dans ces conflits? « Si les gouvernements locaux ne sont pas capables d'en arriver à un accord, c'est à cela que servent les Nations Unies. Ce devrait être un effort multilatéral, pas la décision d'un leader, même si c'est le président des États-Unis », a-t-il répondu.

M. Fox participait à l'InterAction Council, un groupe d'anciens dirigeants coprésidé par Jean Chrétien. Plus de 20 de ses 33 membres participaient à la rencontre annuelle, incluant l'ancien président américain Bill Clinton, qui n'assistait qu'à la première des trois journées de la rencontre. Parmi les autres participants : les anciens présidents et premiers ministres Gro Brundtland (Norvège), Yasuo Fukuda (Japon), Fernando de la Rua (Argentine), l'ex-chancelier allemand Helmut Schmidt et M. Fox, président du Mexique de 2000 à 2006.

Il ne s'agit pas de la première salve que M. Fox envoie au président Obama. Il y a trois semaines, il accusait la consommation de drogue des Américains d'alimenter la sanglante guerre des narcos-trafiquants qui déchire le Mexique - près de 40 000 morts dans les cinq dernières années. La lutte à la drogue de l'administration Obama n'aidait en rien, constatait-il. Sa solution : légaliser la drogue.

L'intégrale de l'article sur Cyberpresse

dimanche 29 mai 2011

Compagnie canadienne complice de crimes de guerre en République démocratique du Congo

Les camions blancs de la mort
Par Isabelle Hachey
La Presse

C'est une histoire d'horreur qui se passe à l'autre bout du monde. Une histoire de viols, de pillages et de massacres qui incrimine une société minière dont l'un des principaux bureaux se trouve à Montréal. Depuis plus de six ans, des habitants de Kilwa, en République démocratique du Congo, se battent pour obtenir justice. En s'adressant à un tribunal québécois, ils jouent leur dernière carte. Et pour la première fois, ils ont bon espoir d'être entendus.

Pour Adèle Faray Mwayuma, la mort est arrivée un matin d'octobre dans les camions blancs d'Anvil Mining, une société minière dont l'un des principaux bureaux se trouve au 20e étage de la Place Ville-Marie, à Montréal.

Le souvenir hante « maman Adèle », comme tout le monde l'appelle à Kilwa, petite ville assise sur des tonnes de cuivre, dans le sud de la République démocratique du Congo (RDC).

Il était 6 h 30, le 15 octobre 2004, quand les camions de la société minière sont entrés dans la ville. Remplis de soldats venus mater les rebelles qui avaient entrepris la veille de « libérer » Kilwa.

Les 48 000 habitants de cette ville coupée du reste du monde ont vite compris qu'ils avaient plus à craindre des soldats que de cette petite bande de révolutionnaires naïfs et mal équipés.

Les militaires congolais ne se sont pas contentés d'écraser la révolte. Menés par Ilunga Ademar, colonel réputé pour sa brutalité, ils ont commis viols, pillages et massacres en deux jours de pure terreur.

Tout cela avec la complicité d'Anvil Mining, selon des habitants de Kilwa, qui luttent pour obtenir justice depuis plus de six ans.

En s'adressant à un tribunal québécois, ils jouent leur dernière carte. Et pour la première fois, ils ont bon espoir d'être entendus.

Opération de nettoyage

Ce matin d'octobre, les combats entre soldats et rebelles ont duré moins de deux heures. Mais le pire était à venir : une opération de recherche des insurgés, maison par maison, qui s'est étirée jusque dans l'après-midi du lendemain.

Cette opération de « nettoyage » a fait au moins 73 morts, selon un rapport d'enquête de la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUC).

Maman Adèle a vu venir le danger. En entendant les soldats approcher de son petit commerce, vers 10 h, elle a pris la fuite dans la brousse avec trois de ses enfants. « Deux de mes garçons ont voulu rester pour protéger nos biens », raconte-t-elle en entrevue téléphonique.

Maman Adèle ne les a jamais revus.

Christophe Musingue Samba, lui, n'a pas eu le temps de fuir. Les militaires l'ont poussé à bord d'une camionnette blanche d'Anvil Mining, où s'entassait déjà une quinzaine de personnes. Parmi elles, il a reconnu Charles Mitongo, le fils de son voisin. L'écolier était en larmes.

La camionnette s'est arrêtée à Nsenselé, à 7km de la ville. Les soldats ont fait descendre les détenus un à un, les mains liées derrière le dos. Ils les ont fait s'agenouiller au bord d'un fossé. Puis ils ont tiré.

Les balles n'ont pas atteint M. Samba. « Je suis tombé sur des cadavres. D'autres ont été tués et sont tombés sur moi », a-t-il raconté à l'ONG britannique Rights and Accountability in Development (RAID).

Enseveli sous les corps, pétrifié par la peur, M. Samba a attendu que les soldats s'éloignent pour s'échapper dans la brousse.

Pas le choix?

Les avocats québécois Philippe Trudel et Bruce Johnston, qui ont intenté un recours collectif au nom des victimes, se sont rendus à Kilwa l'an dernier. Ils sont revenus marqués par l'expérience.

«Nous avons vu les fosses communes. Nous avons parlé à des gens qui ont été amenés à ces fosses dans les camions d'Anvil Mining pour être tués, mais qui ont été blessés et laissés pour morts. Un dossier pareil, c'est rare dans une carrière d'avocat », dit Me Johnston.

Pour se rendre à Kilwa, les deux Québécois ont emprunté une piste parsemée de « trous gros comme des obus », raconte Me Trudel. Quatorze heures de route pour parcourir 350 km. Ils n'avaient pas le choix : la seule voie aérienne qui mène à Kilwa est contrôlée par Anvil Mining.

Les 14 et 15 octobre 2004, la mine a affrété des avions pour évacuer son personnel. Environ 150 soldats ont profité des vols de retour pour accéder rapidement à la région. Ils ont ensuite utilisé les camions de la mine pour atteindre Kilwa. « Sans l'assistance d'Anvil, les soldats n'auraient jamais pu s'y rendre dans un délai aussi court. Je crois que le nombre de morts aurait été beaucoup moins élevé », affirme Tricia Feneey, présidente de RAID.

Robert La Vallière, vice-président aux affaires générales de l'entreprise, a refusé d'accorder une entrevue à La Presse. La société minière soutient que ses camions ont été réquisitionnés par l'armée congolaise. Qu'elle n'avait tout simplement pas le choix!

Mais pour Me Johnston, cette explication ne tient pas la route.

Proches du pouvoir

L'avocat va beaucoup plus loin. Il est convaincu qu'Anvil Mining a fourni les camions aux soldats de sa propre initiative, et dans son propre intérêt. «Anvil avait besoin que la rébellion soit réprimée très rapidement. »

Chaque jour, des camions qui transportaient pour 500 000 $ de cuivre embarquaient sur des barges au port de Kilwa afin de traverser le lac Mwero vers la Zambie voisine, où les routes sont meilleures qu'au Congo.

Sans accès au port, la mine était paralysée.

« Les troubles insurrectionnels n'avaient fait aucune victime et ne représentaient pas du tout un problème urgent, dit Me Johnston. Par contre, c'était un problème urgent pour Anvil, qui avait dû interrompre ses activités. Et une mine inactive ne vaut rien.»

L'entreprise bénéficiait d'une oreille attentive dans les plus hautes sphères du pouvoir congolais.

Augustin Katumba Mwanke, proche conseiller du président Joseph Kabila, siégeait notamment au conseil d'administration de la mine. « Le pouvoir ne passait pas du gouvernement vers Anvil. C'était Anvil qui avait de l'influence sur ce qui allait se passer. Et elle se souciait très peu des moyens à prendre », estime Me Johnston.

Le rapport trimestriel d'Anvil Mining publié en décembre 2004 ne fait aucune allusion à la réquisition des véhicules par l'armée. « La réponse militaire et du gouvernement tant au niveau provincial que national a été rapide et d'un grand secours à la reprise rapide des opérations », se félicite plutôt l'entreprise.

Le dernier espoir

Quand maman Adèle est rentrée chez elle, après quatre jours dans la brousse, elle a trouvé sa maison « totalement pillée, et fermée à l'aide d'une douille de balle ». Il y avait des traces de sang sur le sol.

Elle a longtemps cherché ses deux garçons. On a fini par lui dire qu'ils avaient été exécutés par des soldats et enterrés dans le charnier de Nsenselé. Elle pense que les corps y ont été amenés à bord d'une camionnette blanche. Selon des témoins, les véhicules auraient aussi servi à transporter des biens pillés -ce que nie la Anvil Mining.

L'entreprise a cependant admis avoir fourni plus que des camions : trois de ses propres chauffeurs ont conduit les véhicules pendant l'opération. La MONUC a établi qu'Anvil avait aussi distribué des rations alimentaires aux soldats et avait même contribué au paiement de certains d'entre eux.

Maman Adèle a longtemps cherché des réponses. Aujourd'hui, elle cherche la justice. Et elle compte sur le Québec pour l'obtenir. «C'est notre dernier espoir. »

Canada, John Baird veut dissuader l'aide à Gaza

La même vieille rhétorique des conservateurs canadiens qui refusent aussi de reconnaître les frontières de 1967 en Palestine... (Conflit israélo-palestinien : Harper aurait fait biffer toute mention des frontières, Cyberpresse au sommet du G8 à Deauville)

À deux jours du premier anniversaire de l'assaut lancé contre un navire turc qui tentait d'acheminer de l'aide dans la Bande de Gaza, le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird veut dissuader les Canadiens de participer à une telle initiative.

Par voie de communiqué, le ministre John Baird incite « fortement » les personnes qui désirent livrer des marchandises humanitaires à la Bande de Gaza à le faire par le truchement de réseaux établis.

Il explique que les initiatives d’aide non autorisées constituent une provocation et n’aident en rien l’atteinte de l’objectif de venir en aide à la population locale.

Le ministre Baird ajoute que le Canada estime qu’il y a des façons plus productives et légitimes pour aider les gens de la Bande de Gaza, dont celle de faire des dons au Comité international de la Croix-Rouge. Il souligne que l’organisation dispose de personnel sur place pour permettre, entre autres, de fournir de l’eau potable et des soins de santé.

John Baird termine en disant que le Canada reconnaît « les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité ainsi que son droit de se protéger et de défendre ses habitants contre toute attaque du Hamas ou d’autres groupes terroristes, notamment en empêchant le trafic d’armes ».

Répression brutale en Espagne (vidéos)

Pendant que certains médias font croire que le mouvement Démocracia Real YA s'étouffe et que d'autres n'en disent pas un mot, la répression a commencé pour faire évacuer les places espagnoles. Vendredi, des dizaines de blessés, malgré la non-violence. Mais aujourd'hui, les manifestants ont repris leurs positions. À Athènes des dizaines de milliers de personnes sont également descendues dans la rue. Pendant ce temps à Paris, des mouvements s'organisent Place de la Bastille.

Source Michel Collon Investig’Action

VOIR AUSSI EN PHOTO LA PLAZA CATALUNYA A BARCELONE





Frenchrevolution, Acampada de Paris, AG du 25... par Tele-liberte

samedi 28 mai 2011

Mission canadienne en Libye : 24 millions de dollars largués en bombes seulement

Mission canadienne en Libye : déjà plus de 24 millions de dollars
Par Malorie Beauchemin
La Presse

Ottawa. Alors que plusieurs pays ont fait voeu de transparence sur la question, le gouvernement canadien refuse toujours de dévoiler les coûts de la participation de ses forces armées à la mission de l'OTAN en Libye.

Mais le coût dépasserait déjà 24 millions de dollars, seulement en bombes larguées sur le sol libyen, sans compter les nombreuses dépenses opérationnelles liées à la mission.

Un porte-parole du ministère de la Défense nationale indiquait cette semaine que le Canada a largué jusqu'à présent 240 bombes guidées au laser en Libye, en 324 sorties des avions de chasse CF-18. Le coût à l'unité de ces bombes est estimé à 100 000 $.

Mais pour les experts en la matière, ces 24 millions ne représenteraient qu'une fraction du coût total de la participation canadienne.

« Il faut également calculer le prix pour utiliser les avions, qui sont très élevés, toute la logistique, et il y a également un navire de la marine canadienne qui circule dans la Méditerranée, souligne le spécialiste en politique étrangère et défense canadienne de l'Université d'Ottawa Philippe Lagassé. C'est difficile à dire. Est-ce qu'ils ont également des entrepreneurs en Italie? Est-ce que le Canada donne d'autres argents à l'OTAN pour la mission? On ne sait pas. Au bout du compte, à moins qu'il y ait d'autres frais et coûts cachés, le coût des bombes va probablement représenter la moitié ou le quart du total. »

Même son de cloche de Houchang Hassan-Yari, professeur au Collège militaire royal du Canada. « Il y a non seulement les avions, les bombes, mais les militaires et tout le personnel de soutien, à part ceux directement impliqués », estime M. Hassan-Yari, qui juge qu'il est impossible d'estimer le coût total de l'opération sans les chiffres du gouvernement.

La Défense nationale n'a pas été en mesure de fournir à La Presse les coûts, réels ou estimés, ni des bombes ni d'une partie ou de l'ensemble des opérations en Libye, qui dure depuis deux mois. Le quotidien Le Devoir estimait en mars dernier à 12 000 $ le coût opérationnel de chaque heure de vol d'un appareil CF-18.

Les autres pays impliqués

Les 10 premiers jours de la mission en Libye ont coûté 550 millions de dollars US aux États-Unis, selon le département américain de la Défense, qui évaluait que le coût total de sa participation pourrait atteindre 800 millions d'ici la fin du mois de septembre.

La Norvège évaluait au début du mois de mai que le coût total de sa contribution atteindrait 47 millions US, soit beaucoup plus que la première estimation qui indiquait 13 millions.

La participation canadienne en chiffres
Un total de 650 membres des forces armées canadiennes
Une frégate, le NCSM Charlottetown, et un hélicoptère Sea King, qui patrouillent en mer
Sept avions de chasse CF-18 Hornet
Un ravitailleur C-150 Polaris
Deux ravitailleurs
C-130 Hercules
Deux aéronefs de patrouille maritimes CP-140 Aurora


Ne pas oublier que le commandant de l'OTAN Charles Bouchard est un canadien d'origine francophone originaire du Saguenay au Québec...

La pub des ti-gars infantilisés (vidéos)

Robert Darlington
L'auteur est professeur de psychologie au collège de Saint-Jérôme.

Il est question ici d'un phénomène médiatique qui, apparemment, n'a pas fait couler beaucoup d'encre jusqu'à maintenant et qui mérite notre attention. Il s'agit de l'infantilisation des « grands garçons » ou des jeunes adultes mâles, telle que véhiculée dans la publicité.

Afin d'illustrer ce phénomène, je vous invite à remarquer, si ce n'est déjà fait, le contenu de certains messages publicitaires diffusés depuis quelque temps au petit écran. Dans ces messages, on nous montre de jeunes hommes dans la vingtaine qui semblent s'emmerder royalement avec leur petite amie et qui ne pensent qu'à aller retrouver leur bande d'amis au bar, au resto, au hockey ou ailleurs... comme des ti-gars.

? Compagnie VH : le ti-gars, après l'approbation de sa copine, peut aller jouer au hockey avec ses ti-z-amis.

? Captain Morgan : quatre ti-gars, dans un bar, sirotent leur rhum et s'amusent en se demandant combien de temps leur conjointe mettra à découvrir qu'ils ont filé en douce pour se rejoindre.


? Cage aux sports : le ti-gars est en train de souper avec son amie, mais regrette de ne pas être avec ses ti-z-amis.


? Message sur le beurre : le beurre rehausse le goût des aliments, mais ne peut, hélas, accroître la maturité du ti-gars qui bouffe devant sa copine.

? Purina One : plutôt que d'apprécier la beauté d'un paysage, comme le font sa blonde et même son chien, le ti-gars pitonne sur son iPod.

Alors que dans ces pubs, les jeunes hommes sont immatures, les petites amies de ces ti-gars semblent, pour leur part, bien ennuyeuses. Cela dit, quoi de mieux que la présence d'une « maman » dominatrice et contrôlante afin d'enfoncer le clou et, conséquemment, infantiliser davantage le ti-gars avec qui elle cohabite?


? Super Écran : le ti-gars dit à sa blonde qu'il veut aller voir ses ti-z-amis pour la soirée. Celle-ci, mécontente, contrôle le ti-gars à l'aide de sa télécommande. Le ton bête de ses propos fait qu'il y a de quoi vouloir sacrer son camp.

? Ultramar : ici, un malheureux conducteur en a effectivement « ultra-marre» de l'énergumène enragée et contrariante qui l'accompagne.

? Bélair Direct : une jeune femme revient de faire les courses et trouve son chum « évaché » comme un ado dans le salon à ne rien faire (comme d'habitude?). Dans sa colère, la « maman » traite le ti-gars d'«insignifiant ».



Cette fois-ci, on retrouve de bons ti-gars dociles et soumis. Quant aux femmes, elles sont disciplinées, sûres d'elles-mêmes et autoritaires, comme si elles se devaient de materner, ou d'être « germaines », avec leurs ti-gars afin de mieux les «éduquer ».

Est-ce qu'après avoir créé l'hypersexualisation ou l'«adultisation » des petites filles, l'infantilisation flagrante des grands garçons, comme démontrée dans ces messages, n'est pas, somme toute, que le reflet d'une réalité? En effet, le phénomène Tanguy, l'absence d'autonomie, la peur de l'engagement, la fuite des responsabilités, la prolongation de l'adolescence, ou de l'«adulescence», caractérisent-ils la psychologie des jeunes hommes d'aujourd'hui?

Et que dire des ti-gars absents, accros aux jeux vidéo, au grand détriment de leurs conjointes réduites au statut de « colocataires »? C'est Juliette Gréco, cette grande chanteuse française, qui disait : « Quel dommage que, dans ce monde, il y ait tant de mâles et si peu d'hommes! »

Ce qui me surprend, c'est que ces messages ont tous été conçus dans un laps de temps très court. Qu'est-ce qui motive les concepteurs de ces messages publicitaires? Que cherche-t-on dans tout ça? Diviser pour mieux régner ou diviser les genres pour mieux empocher?

Le vrai visage des rebelles en Libye (photos)

Voici la vérité sur la révolution, la résolution 1973 du « Conseil de Sécurité » des forces britannique, Françaises, italiennes, américaines et de l'OTAN. Le monde doit témoigner de ces atrocités cruelles incroyables et inhumaines. Les membres du CNT Sont des fascistes, xénophobes avec aucune humanité!

CERTAINES IMAGES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE





BHL communiquant par sms avec ses complices en France


NASSER ABDEL ALKAREM  Alwaheshi du "conseil de sécurité" recherché comme membre d'Al Qaeda

Agression de citoyens de couleur que l'on accuse d'être des mercenaires pour les terroriser







De nombreux enfants sont recrutés par la rébellion



( Il existe de nombreuses images de jeunes enfants recrutés par les rebelles, des témoignages racontent comment ils sont payés ou frappés pour être embrigadés)


Source La voix des opprimés

Barack Obama a-t-il menti sur la mort de Ben Laden?

Berkan Yashar : les services spéciaux des États-Unis n’ont pas tué Oussama ben Laden

Selon l’ex-agent tchétchène de la CIA Berkan Yashar, Oussama ben Laden n’a pas été assassiné par les Forces spéciales états-uniennes comme l’affirme le président Barack Obama. Il serait mort de maladie le 26 juin 2006. Il aurait été enterré dans un lieu situé entre la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Raison pour laquelle les États-Unis n’auraient jamais fourni aucune image du cadavre de Ben Laden après leur raid sur Abbottabad le 2 mai 2011? (Silvia Cattori)

Oussama ben Laden « est mort de causes naturelles il y a cinq ans ». Cette confession a été faite par un ancien agent de la CIA lors d’une interview sur la Première chaîne de télévision russe. Il assure qu’il connaissait ben Laden et ses trois gardes du corps qui ont accompagné leur patron pour son dernier voyage le 26 juin 2006.

Berkan Yashar est de nationalité tchétchène et habite en Turquie. Il craint que la CIA essaie de le tuer puisqu’il connaît la vérité sur la mort de ben Laden. Les services spéciaux turcs lui ont accordé une arme et un garde du corps. Selon Yashar, cette interview télévisée est une garantie pour sa sécurité.

Il a rencontré pour la première fois ben Laden en 1992 en Tchétchénie. Yashar travaillait à cette époque comme fonctionnaire de la radio « Svoboda » et avait un pseudonyme Abu Bakar donné par la CIA. Il a également fait connaissance des gardes du corps de ben Laden qui étaient eux aussi tchétchènes.

« Sami, Ajub et Makhmoud l’ont accompagné jusqu’à la fin. Je me souviens très bien de cette date, il y avait trois six – 26.06.2006. Ces personnes, ainsi que deux personnes de Londres et deux des États-Unis, donc sept personnes au total, l’ont vu mort ».

Berkan Yashar se croit responsable de la mort des Tchétchènes qui ont enterré « le terroriste numéro un ». Selon lui, les services spéciaux américains ont commencé à écouter ses conversations téléphoniques après qu’il a annoncé en novembre 2008 pendant une conférence à Washington la date de la mort de ben Laden. Ensuite les trois gardes du corps tchétchènes ont disparu. Les services spéciaux américains ont enlevé le dernier garde du corps, Sami, quelques jours avant d’annoncer (en mai 2011) que ben Laden avait été tué. À ce qu’il parait, c’est lui qui leur a indiqué où ben Laden avait été enterré.

L’expert orientaliste de l’Institut des évaluations stratégiques et d’analyse, Serguei Demidenko, interrogé par la « Voix de la Russie » a ainsi commenté cette révélation :

« J’admets que ben Laden est mort de causes naturelles. Déjà en 2007, le célèbre leader politique pakistanais, Benazir Bhutto a dit que ben Laden n’était plus parmi les vivants ».

L’expert a rappelé que les services spéciaux du monde entier mènent leur propre jeu en admettant la désinformation. Un bon spectacle sur la mort du « terroriste numéro un » monté par les services spéciaux des États-Unis s’inscrit très bien dans cette perspective.

Voix de la Russie
18 mai 2011
Source pour la version française :

Article en anglais Former CIA Agent Claims Americans Did Not Kill bin Laden


Pour du pétrole, l’OTAN commet l’infanticide

Selon nos sources le jeune Kadhafi, Saif Al Arab Kadhafi, qui était pour la paix et se tenait loin du pouvoir, avait pour projet de se rendre a Washington afin d’essayer de mettre fin aux hostilités et au sang qui coule inutilement en Libye. M. Saif Al Arab Kadhafi aurait tenté en vain d’ouvrir le dialogue avec le bureau de Mme Clinton.

L’OTAN aurait été contre ce voyage. L’OTAN est contre toute négociation pour la paix. Alors que veut exactement cette organisation basée à Bruxelles? Qui bombarde? Que représente la Libye?

La Libye est le deuxième producteur de pétrole brut en Afrique après le Nigeria et devant l’Algérie. Mais la Libye dispose de la plus grande réserve de pétrole en Afrique, ses réserves sont estimées à 46,4 milliards de barils en 2011. La Libye est donc un des acteurs majeurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ou en anglais Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC) est une organisation intergouvernementale (un cartel) de pays visant à négocier avec les sociétés pétrolières pour tout ce qui touche à la production de pétrole, son prix et les futurs droits de concessions.

En 2006 la production est de 1,8 million de barils par jour (2010) essentiellement concentré sur le bassin de Syrte dont 270 000 sont consommés sur place et le restent exportée en majorité (85 %) dans les pays européens.

La Libye dispose également de réserves importantes de gaz naturel (1 548 milliards de m3) qui sont jusqu’à présent peu exploitées : 28 milliards de m3 (2009) sont produits et la moitié est utilisée dans le pays, en particulier dans des centrales de production électrique. Une partie du gaz est exportée vers l’Italie par le gazoduc Greenstream.

À la tête de toutes ces richesses indispensables à l’Occident se retrouve Mouammar Kadhafi qui ne « coopère » pas. Il négocie d’égal à égal. Il vend son pétrole à un prix qui l’avantage. Il refuse de s’étendre (de se mettre à genoux). Il crique ouvertement les politiques néocoloniales Occidentales. Il soutient même ouvertement la Palestine et les Palestiniens. Soutenir ouvertement cette cause presque désespérée relève d'un suicide diplomatique. Vous serez inévitablement taxé de terroriste, de paria. C’est clair, Mouammar Kadhafi dérange et même beaucoup.

Maintenant, jusqu’où ces pays vampires, presque parasites, iront-ils pour ce précieux liquide? Présentement, ils ont certainement déjà prévu un remplaçant à M. Kadhafi, plus docile et plus enclin à donner « du tien » à l’Occident, à appuyer leurs politiques. Et jusqu’où les pays africains accepteront-ils de s’abaisser pour un semblant de reconnaissance sur la scène internationale où ils ne comptent pas? Pendant combien de temps encore croiront-ils qu’ils sont des sous-pays, qu’ils ne méritent pas ce qu’il y a de mieux?

Les bombardements sur la Libye, le meurtre délibéré d’enfants à la face du monde, sans excuse, sur une terre qui leur est étrangère n’est pas une chose anodine. C’est une démonstration de force pour montrer ce que l’on réserve à ceux qui ne suivent pas le pas. C’est comme pour dire « Même sur ta terre, tu dois nous servir ».


vendredi 27 mai 2011

La femme de Kadhafi fustige l'OTAN

WASHINGTON. Sofia Kadhafi, la femme du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a fustigé vendredi les frappes aériennes qui ont tué son fils Seif al-Arab et accusé les forces de l'OTAN de commettre « des crimes de guerre ».

« Je n'étais pas là. Mais j'aurais aimé y être, parce que cela m'aurait permis de mourir avec lui », a-t-elle déclaré sur la chaîne d'informations américaine CNN, interrogé par téléphone.

« Mon fils n'avait jamais manqué la prière du soir. Nous étions visés par des missiles tous les soirs et les frappes commençaient au moment de la prière du soir », a affirmé la femme du colonel Kadhafi, dont les apparitions dans les médias sont rarissimes.

La coalition menée par l'OTAN « cherche des excuses pour viser Mouammar », a-t-elle accusé, suggérant que l'alliance atlantique viole le mandat de l'ONU qui n'autorise d'intervention que dans le cadre de la protection des civils. « Mais qu'a-t-il fait pour mériter ça? »

Interrogée pour savoir si elle pensait avoir été personnellement visée par des frappes, elle a répondu : « Mes enfants sont des civils et ils ont été visés. Mais qu'est-ce qu'ils ont à voir dans tout ceci? »

L'OTAN « commet des crimes de guerre », a-t-elle lancé. « Ils ont tué mon fils, ils tuent le peuple libyen. Ils bafouent notre réputation ».

« Que puis-je attendre de la vie maintenant? Tout ce que je souhaite, c'est que la vérité éclate. Avec la volonté de Dieu, nous serons victorieux. Nous vivrons ou mourrons au côté du peuple libyen et, quand l'heure des comptes aura sonné, ce sera l'Histoire que nous jugera ».

Selon Tripoli, Seif al-Arab et trois des petits-enfants du dirigeant libyen, Seif (2 ans), Carthage (4 ans) et Mastoura (4 mois), ainsi que des amis et voisins, ont été tués lors d'un raid de l'OTAN sur la capitale libyenne le 30 avril dernier.

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi ( un menteur) a affirmé mercredi qu'ils n'étaient en fait pas morts et qu'il s'agissait de «propagande» du régime libyen.

Source Cyberpresse,  La femme de Kadhafi fustige l'OTAN pour la mort de son fils

Pendant que les « rebelles » libyens soutenus par les forces impérialistes de l'OTAN manifestaient leur joie.

Saif al-Arab Kadhafi, 29 ans, avait passé la majeure partie des dernières années en Allemagne. Immédiatement à l'annonce de sa mort, des insurgés ont fait entendre des tirs de joie dans leur fief de Benghazi, selon un journaliste de l'AFP.

Sur le boulevard longeant la mer, des voitures klaxonnaient alors que retentissaient des tirs de roquettes, de batteries antiaériennes et de fusils d'assaut et que des balles traçantes sillonnaient le ciel.

« Ils sont tellement contents que Kadhafi ait perdu son fils dans un raid aérien qu'ils tirent pour célébrer » son décès, a déclaré le colonel Ahmed Omar Bani  ( «- photo ), porte-parole de la rébellion pro américaine.

Source Radio Canada  L'un des fils de Kadhafi tué par une frappe de l'OTAN