mercredi 30 novembre 2011

Égypte : en attendant le prochain Pharaon (vidéo)

Par Ayman El Kayman

« Nous ne permettrons pas à un quelconque individu ou une quelconque partie de faire pression sur les forces armées » : cette phrase historique a été prononcée dimanche par le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui Soliman, Grand Mamamouchi* qui, le 11 février dernier, a pris « provisoirement » la place du Pharaon déchu à la tête du Conseil supérieur des forces armées, le SCAF, dont le nom claque comme une insulte aux oreilles du peuple égyptien en colère. Ce peuple vient de lancer la phase 2.0 de sa révolution le samedi 19 novembre, qui a déjà coûté la vie à des dizaines de héros anonymes.

Le mouchir vient de fêter son 76e anniversaire le 31 octobre, ce qui fait de lui un jeunot dans la gérontocratie galonnée qui est aux commandes au bord du Nil. Vétéran de toutes les guerres perdues par l’armée égyptienne (1956, 1967, 1973) et de la première Guerre du Golfe (aux côtés de la vaillante US Army), ministre de la Défense (des coffres-forts) de Moubarak pendant 20 ans, il est la pointe émergée de la pyramide du pouvoir. Les généraux de l’armée égyptienne, qui comme ceux de l’armée mexicaine, ne connaissent que les canonnades de dollars, détiennent le pouvoir au pays des pharaons, et avant tout le pouvoir économique (30 % selon les spécialistes). Bref, pour parler comme les Algériens, une véritable mafia militaro-financière.

Les multitudes qui occupent la Place Tahrir et celles des autres villes égyptiennes en ont ras le bol et ne peuvent plus voir le Field Marshall en photo. Celui-ci ne veut pas devenir pharaon : il est simplement chargé par ses petits copains de garantir qu’un changement démocratique laissera leur pouvoir intact et ne les mettra pas en prison pour leurs crimes, et pour cela, il doit pouvoir décider qui deviendra Pharaon. Et pour cela, le SCAF a passé un deal avec les Frérots musulmans : « on garde nos coffres-forts et on vous sous-traite la gestion de la société, en comptant sur vous pour canaliser le populo ». Et ce deal se fait sur le dos du mouvement révolutionnaire indépendant qui est redescendu dans la rue. Pendant que le jeu des chaises musicales se poursuit autour du poste de pharaon intérimaire et que l’on compte les voix aux élections législatives qui viennent d’avoir lieu, le business continue, as usual.


*Maréchal se dit mouchir en arabe, qui évoque irrésistiblement le « mamamouchi » de Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme du regretté Molière.

Photos d’art mural révolutionnaire, Le Caire, novembre 2011

Bonne semaine, quand même!
Que la Force de l’esprit soit avec vous!

Source TLAXCALA


Non Négociables par lejournaldepersonne

À défaut d’intervention… Sarkozy prépare la guerre civile en Syrie

par Louis Denghien

Le Canard Enchaïné avait déjà indiqué que des agents de la DGSE pouvaient encadrer bientôt, en territoire turc, les « combattants de l’opposition syrienne » (voir notre article « La dernière folie de Sarkozy : la DGSE au secours de l’ASL! », mis en ligne le 23 novembre). L’hebdomadaire – pas seulement – satirique revient sur le sujet dans son dernier numéro, avec des informations d’un plus haut degré de gravité : Sarkozy et consorts projetteraient de participer à une « intervention limitée » de l’OTAN contre la Syrie, ce à partir de la Turquie qui « pourrait être la base arrière » de cette « intervention limitée, prudente et humanitaire de l’OTAN, sans action offensive » .

Complot criminel à ciel ouvert

Qu’est-ce que peut bien être une intervention de l’OTAN « sans action offensive »? Eh bien, selon le Canard, « Ankara proposerait d’instaurer une zone d’interdiction aérienne et une zone tampon à l’intérieur de la Syrie, destinée à accueillir les civils qui fuient la répression et les militaires qui désertent. »

Le siège de la DGSE à Paris : Sarkozy en fait une annexe de la CIA
L’hebdomadaire Le Point a voulu en savoir plus et contacté une « source bien informée ». Qui confirme : le principe de la « zone de protection » aurait été décidé « il y a une dizaine de jours », et elle se situerait, évidemment, « dans la partie nord de la Syrie ». Et la « source » est un peu plus précise que le Canard : il s’agirait pour les Français, les Britanniques et les Turcs d’assurer « un soutien éventuel à l’Armée syrienne libre ». On appréciera le mot « éventuel ». Et l’interlocuteur du Point de préciser que ce soutien à l’ASL sera « discret », « un peu comme en Libye ». Discret comme en Libye? On nage en plein surréalisme : les Libyens, pro ou anti-Kadhafi, ont eu l’occasion d’apprécier la « discrétion » de l’implication occidentale!

Mercenaire de la liberté made in USA
Info ou intox? Les allégations du Canard et du Point sont corroborées et – si possible – aggravées par les affirmations – relayées par Le Point – de la « Lettre hebdomadaire d’informations stratégiques et de défense » – une de ces lettres confidentielles spécialisées dans l’analyse géostratégique. Et la LHISD affirme que des hommes de la DGSE et du « Commandement des opérations spéciales de l’armée française seraient déjà au contact (en Turquie sans doute) des militaires dissidents syriens pour les former et les aider à structurer leur capacité opérationnelle ». Donc, clairement, des militaires français sont prêts à aider des bandes armées auteurs de nombreux meurtres à déstabiliser un gouvernement étranger. Ça n’a rien étonnant, venant de l’actuel gouvernement français, mais c’est quand même invraisemblable de cynisme et d’irresponsabilité!

Turquie  et fiction hollywoodienne
Une irresponsabilité et un cynisme bien partagés : la LHISD affirme que des hommes de la CIA et du BND -les services allemands – seraient eux aussi déjà à pied d’oeuvre, en Turquie et en Jordanie. C’est presque « trop beau pour être vrai », mais depuis quelque temps, la réalité géostratégique dépasse la fiction hollywoodienne en Occident. Et la lettre ajoute que Paris et Ankara organiseraient aussi le trafic d’armes sur la frontière!

Malheureusement, on peut dire que depuis vingt ans, le concept d’« ingérence humanitaire » inventé par Bernard Kouchner et utilisé depuis, à des fins fort peu humanitaires, par la famille Bush, François Mitterrand et à présent Nicolas Sarkozy, est devenu une arme de l’OTAN. Si comme disait Clausewitz, « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens », on peut dire que l’ingérence humanitaire est, sans conteste, le travestissement de l’impérialisme!

Scénario catastrophe, encore qu’irréaliste

Élève de la classe OTAN
Le précédent libyen a décidément tourné la tête des Sarkozy et Cameron, plus soucieux que jamais d’être les meilleurs élèves de la classe OTAN, et aussi de se faire passer pour de grands stratèges et des champions de la liberté. Ce que veut Sarkozy, dans un premier temps, c’est se tailler une mini-Cyrénaïque dans le territoire syrien, une base militaire, mais surtout politique minimum qui puisse valider la fiction d’une « Syrie libre » et appelant les Occidentaux à l’aide. La ficelle est très grosse, mais ça ne gêne pas outre mesure nos Clausewitz atlantistes de l’Élysée et du 10, Downing Street.

Et tout ceci, encore une fois, est rapporté par des médias français importants, bénéficiant d’une aura de sérieux et de professionnalisme. Admettons que tout ceci soit – déjà – vrai. Alors, il est évident que Sarkozy n’est pas seulement atlantiste, mais fou, ou au moins inconscient des réalités les plus élémentaires. Parce que la France – la Turquie aussi d’ailleurs – se mettra à dos non seulement l’essentiel de la Syrie, mais le Hezbollah libanais, l’Iran. Et last but not least, la Russie. La Russie qui répète depuis des mois qu’elle n’accepte pas les tentatives de déstabilisation occidentales de la Syrie, et qui vient de renforcer – un peu plus que symboliquement – sa présence militaire à Tartous (voir notre article « La Russie hausse un peu plus – le ton, et son niveau d’implication militaire », mis en ligne le 29 novembre). Qu’espère le trio – si peu – européen Sarkozy/Cameron/Merkel ? Qu’il va pouvoir tranquillement jouer les petites mains de Washington sans que Moscou ne réagisse? Ça ne peut tout simplement pas marcher!


À LIRE:

Crise financière expliquée aux nuls (vidéo)

Rencontre avec un opposant syrien.( vidéo humour)

« Il faut qu’un Européen gouverne en Syrie ».
Par Simon de Beer

J'ai rencontré dans les couloirs de l'Université de Bruxelles un homme qui placardait des affiches en arabe. Au bas de celles-ci, il était écrit en français : « Résidents syriens en Belgique », suivi d'un numéro de téléphone et d'une adresse e-mail. Ne sachant pas lire l'arabe, j'ai engagé la conversation pour savoir si le texte était politique et prenait position sur les événements qui frappent actuellement la Syrie.

« Assad pire que Hitler »

« Il s'agit d'un texte destiné à faire prendre conscience des massacres perpétrés par Bachar El-Assad », me répond le colleur d'affiches (appelons-le Nassim). « Le gouvernement syrien s'est lancé depuis plusieurs mois dans une violente répression pour étouffer les aspirations légitimes du peuple. Alors que celui-ci manifeste pacifiquement pour obtenir plus de liberté, l'Etat répond systématiquement par la force, causant la mort de milliers de gens. En Europe, vous avez connu Hitler, mais Assad est pire qu'Hitler ! ».
Voyant mon étonnement, Nassim poursuit : « Bachar el-Assad soutient le terrorisme international et constitue une menace permanente pour la paix dans le monde ! »

Je demande d'un air étonné : « La Syrie a donc déjà commis des attentats ? »

« Bien sûr ! » répond Nassim. « Elle a par exemple fait assassiner Rafiq Hariri, l'ancien premier ministre libanais. »
Effectivement, Rafiq Hariri est mort dans un attentat-suicide en 2005. Cependant, son fils, bien que personnage-clé de l'opposition syrienne, a reconnu que les accusations imputant la responsabilité de cet acte à la Syrie étaient infondées (1)... Le seul exemple donné par Nassim – car il n'y en eut pas d'autres – était donc peu probant, surtout à propos d'un dictateur censé donner des leçons de barbarie à Hitler...

Guerre et recolonisation sont la solution

Que faire pour mettre un terme à la férocité de Bachar El-Assad ?

Une seule solution pour Nassim : l'intervention militaire. Peu importent les risques encourus, il faut absolument en finir avec la dictature syrienne, au prix d'éventuelles victimes collatérales. « Les Syriens veulent tous un changement », jure Nassim. « Ceux qui disent le contraire mentent par peur de représailles. »
N'y aurait-il donc aucun partisan du régime ?

« Si », répond Nassim. « Quelques-uns. Mais ils sont manipulés ! Vous savez, les Syriens ont une conscience politique très faible, ils ne sont pas capables de penser la démocratie comme les Français ou les Allemands, ça ne fait pas partie de leur culture. Je vous le dis, il vaudrait mieux que ce soit un Européen qui gouverne la Syrie. »

Il n'y a donc pas qu'en Libye que des nostalgiques des colonies font partie de la rébellion. De quoi se poser des questions sur les véritables intentions des pays occidentaux dans la région... Quoi qu'il en soit, je ne comprends pas comment un peuple, dont on vient de me dire qu'il manifestait nuit et jour pour plus de liberté, peut n'avoir aucune conscience politique et ne rien comprendre à la démocratie...

Une opposition fréquentant le beau monde

Nassim m'explique que ses idées sont minoritaires en Syrie. Exilé depuis trente ans en Europe, il a eu la chance d'y être confronté aux « valeurs occidentales ». Selon lui, deux réformes doivent être immédiatement accomplies en Syrie : d'abord ouvrir pleinement le marché aux entreprises internationales ; ensuite entamer une normalisation des relations avec Israël. Visiblement, ce ne sont pas des revendications du même ordre que celles des manifestants égyptiens et des tunisiens, sortis dans la rue pour réclamer une meilleure répartition des richesses et plus de libertés politiques. En ce qui concerne Israël, plus particulièrement, il est peu probable que les Syriens acceptent une « normalisation des relations » tant que ce pays continuera d'occuper illégalement une partie de leur territoire (le Golan)... D'où la question suivante : qui sont ces Européens que Nassim fréquente depuis trente ans et qui lui ont inculqué les « valeurs » de la démocratie ? « Je connais plein de gens importants ! », répond-il fièrement. « Notamment des hommes politiques haut placés. » J'apprends ainsi que son ex-femme, avec qui il est encore en très bons termes, siège au Conseil de l'Europe, ce qui lui a permis de fréquenter le gratin du monde politique européen. Nassim – vous l'aurez compris – n'est pas un réfugié de n'importe quel type. Il n'a pas grand-chose à voir avec le sans-papier tunisien qui fait chaque semaine le ménage chez mes voisins...

En Libye, l'OTAN est intervenue sous prétexte de protéger le peuple d'une sanglante répression. On sait aujourd'hui que les rebelles étaient lourdement armés, minoritaires et composés des franches les plus réactionnaires de la société. Bachar El-Assad a vu le sort qui a été réservé à Kadhafi et à ses proches. Est-il assez fou pour se lancer à son tour dans un « répression aveugle » contre des civils pacifiques, ou bien la situation est-elle plus complexe qu'on ne le dit ? Au vu de ceux qui, comme le « démocrate » Nassim, soutiennent les rebelles depuis l'étranger, on a de fortes raisons de s'interroger.

Notes




L’homme, la plus grande erreur de la nature! (vidéo)

La guerre en Irak. Attention, certaines scènes peuvent choquer les âmes sensibles. Merci de votre compréhension.

Ne parlons pas de la Libye où des crimes ont été commis par les forces du CNT avec l'appui aérien de nos honorables terroristes de l'OTAN.

Merci à nos politiciens canadiens,américains, français et européens de soutenir la barbarie en exportant la démocraSSie à coup de bombardement... Un jour les peuples vous botteront le cul et ce jour approche.



mardi 29 novembre 2011

Syrie : la Ligue arabe est la pute de l’Occident.(vidéo)

Il est des jours où, après avoir cessé de bloguer, on a une envie qui soudain vous prend. Sans être viscérale, elle vous pousse néanmoins à réagir, pour avoir une position sur l’actualité. Bien sûr, il faut toujours prévenir les simplets, ces abrutis qui prennent tout au pied de la lettre et font des glissements désastreux, lisent les yeux fermés. Il s’agit ici, de la ligue arabe et non des Arabes. Il est bien écrit « ligue arabe » et non-peuple arabe.

Au lendemain de l’exclusion de la Syrie de la Ligue arabe, sa pute en chef et secrétaire général, l’Égyptien Nabil al-Arabi, en visite à Tripoli, a déclaré que l’organisation panarabe étudiait désormais « la mise en place d’un mécanisme pour protéger les civils en Syrie ». Que fait-il pour protéger les civils égyptiens, notamment les Coptes, face à l’armée égyptienne et les frères musulmans? On est en plein délire. Ce coup d’État qui se prépare est à l’image de celui perpétré par l’Occident en Libye, avec l’aval des putes arabes qui font la volonté de l’Occident sans vergogne.

Si seulement, les fameux civils armés — ce que les médias occidentaux ne dénoncent pas — manifestaient dans la paix, les militaires syriens n’allaient pas utiliser leurs armes. Alors qu’on ne parle que des tués, visiblement, personne n’ose parler des membres des forces de l’ordre restés fidèles au régime qui payent, eux aussi, le lourd tribut de cette pseudo révolte orchestrée par… Washington. Barack Obama, que j’avais plébiscité au début, aujourd’hui, est simplement un con, un imbécile, une pute des lobbys anti-arabe que cautionnent, hélas, ces soi-disant Arabes qui sont au pouvoir.

Alors que des discussions et une procédure de dialogue avec l’opposition ont été engagées par le président syrien Bachar el Assad contrairement aux salmigondis des antiArabes qui parlent du contraire, l’opposition syrienne met sur la table, la démission de ce dernier. Au nom de quoi? Mais qu’est-ce que ça veut dire? S’il démissionne, elle va parler avec qui? Si c’est de cette manière qu’elle veut accéder au pouvoir en instaurant le chaos pour éviter par exemple des élections, l’aval de la Ligue arabe est là pour prouver que les Arabes sont lâches. C’est triste de le dire, mais il s’agit bien de cela. Prendre le peuple en otage est bien leur nouvelle dialectique.

Le plus drôle dans tout ça, ou triste, voire pathétique, c’est que, les énergumènes qui pilotent de main de traître la Ligue arabe qui a perdu son idéal-passez-moi l’expression — , ne sont même pas de vrais démocrates alors, chercher l’erreur. Nous sommes donc en face d’un embrouillamini nauséabond ou les donneurs de leçons ne s’appliquent même pas à eux-mêmes, ce qu’ils veulent pour les autres. De vraies putes en somme.

Source : kamerunscoop.wordpress.com



À lire :
Un article de Sami Kleib
Manœuvres des pays du Golfe contre le peuple syrien
sur le site de Silvia Cattori

Le pacte du nationalisme arabe, de l’islam politique et de la gauche au stade actuel
Par Ibrahim Alloush
Sur International Solidarity Movement

Aicha Kadhafi appelle à venger son père

Une femme c'est comme l'électricité... Si tu sais t'en servir, elle illuminera ta vie!! Si tu joues avec, tu finiras par te brûler... Et si tu l'énerves, elle peut disjoncter!!! MAINTENANT, T'ES AU COURANT!!!
Commentaire d'une femme rebelle

Aicha Kadhafi est revenue à la charge avec une nouvelle déclaration sur la chaîne Arraï de la télévision syrienne pour demander au peuple libyen de venger son père Mouammar, tué par les révolutionnaires. « Il faut venger le martyr qui a mis à genoux l'ennemi »...

« Le martyr héros ne vous a pas trahis et ne vous a pas abandonnés en sacrifiant ses enfants, Khemis, Seif El Arab, Seif El Islam avant de tomber lui-même en martyr sur la terre de ses ancêtres », a-t-elle ajouté, en s'adressant aux héros libyens, se demandant ce que ces derniers « vont lui présenter pour que le monde regarde de près les enfants et les petits-enfants du doyen des martyrs ».

« Vengez-le », a-t-elle dit à ces héros. « Soulevez-vous contre cette pièce théâtrale d'un gouvernement venu à bord d'un avion de l'OTAN et qui s'est investi du pouvoir », a-t-elle ajouté, avant de promettre de pires moments. Cette déclaration a été lue par la présentatrice de la chaîne qui avait prévenu de la lecture de ce message à l'occasion du 40e jour de la mort Kadhafi.

Cette chaîne a consacré l'essentiel de son programme à la célébration de ce jour. Aicha Kadhafi avait fui la Libye et a été accueillie par l'Algérie en août dernier en compagnie de sa mère Safia Ferkach, la seconde épouse de Kadhafi, et ses deux frères Mohamed et Hannibal « pour des raisons humanitaires ».

L'Algérie a dénoncé à maintes reprises les déclarations de la fille de Kadhafi sur cette chaîne et avait menacé d'en faire part au conseil de sécurité. Les autorités algériennes lui avaient aussi demandé de respecter les lois de l’hospitalité.


LIBYE : Seif el-Islam Kadhafi menacé par la gangrène

Pour eux, c’est mieux ainsi. Qu’il meurt, pas par lynchage ni par assassinat comme son défunt père, mais de ses blessures. Nous étions les premiers à vous parler du médecin ukrainien, le Dr Mourakhovsky, qui l’avait examiné, et dont le message était inquiétant. Après, ils justifieront ce décès par manque de soins et de médicaments. Une façon de se dédouaner de leur nouveau crime en préparation.

La résolution 1973 devrait plus que jamais se nommer: exterminer les Kadhafi. Quelle honte!
Allin Jules

Seif el-Islam Kadhafi, fils de l’ancien dirigeant libyen arrêté le 19 novembre dans le sud du pays, pourrait développer une gangrène si ses blessures ne sont pas soignées, a déclaré lundi à l’AFP le médecin ukrainien qui l’a examiné. « Ses blessures sont graves, mais quand je les ai vues, elles n’étaient pas gangrenées. Elles peuvent le devenir si elles ne sont pas soignées », a déclaré le Dr Andreï Mourakhovsky, qui a fait un pansement à la main droite du prisonnier au lendemain de son arrestation. Une semaine après cette première visite, le Dr Mourakhovsky a exprimé son inquiétude : "J’avais été appelé par le conseil militaire. J’ai nettoyé la blessure et j’ai fait un pansement. Maintenant, il faut refaire un nouveau pansement. Le chef du conseil militaire a dit qu’il allait m’appeler, mais ils ne l’ont toujours pas fait. »

Seif el-Islam Kadhafi a raconté avoir été blessé à la main droite dans une attaque de l’OTAN un mois avant son arrestation, a précisé le médecin.

L’index et le pouce ont « des os fracturés et des tissus » endommagés, et devront être amputés de leur partie supérieure. Le majeur est moins gravement touché. « L’inflammation des doigts ne risque pas de s’étendre à d’autres parties du corps, mais il faut soigner les blessures », a-t-il insisté. Selon Ibrahim Turki, coordinateur du Conseil national de transition (CNT) pour les affaires de santé à Zenten (ouest), le Dr Mourakhovsky a été le seul médecin appelé pour soigner le prisonnier. Le 22 novembre, des membres de la Croix-Rouge ont pu rencontrer Seif el-Islam, mais ils se sont refusés à tout commentaire. Sur les images diffusées après son arrestation, le prisonnier avait trois doigts bandés à la main droite.

Âgé de 39 ans, Seif el-Islam était le fils le plus en vue de Muammar Kadhafi et a longtemps été considéré comme son successeur potentiel. Il fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour crimes contre l’humanité pour son rôle dans la répression de la révolte devenue conflit armé qui a provoqué la chute puis la mort de son père. Mais les autorités libyennes insistent pour qu’il soit jugé en Libye. Pour l’instant, « Seif est toujours ici" à Zenten, dans les montagnes au sud-ouest de Tripoli et d’où étaient originaires les combattants qui l’ont arrêté, a déclaré M. Turki. « Il est détenu dans la ville, il ne représente pas un danger. » « Nous ne savons pas combien de temps il va rester ici. Les autorités vont décider ce qu’elles veulent faire de lui », a-t-il ajouté

lundi 28 novembre 2011

Bush et Blair reconnus coupables de crimes de guerre (vidéo)

Le panel de cinq juges du tribunal de Kuala Lumpur (Malaisie) pour crimes de guerre a décidé que Bush et Blair ont commis un génocide et des crimes contre l’humanité en menant l’invasion contre l’Irak en 2003. Voir le jugement (en anglais) ICI http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=27821



Source Mondialisation

Qui a dit que Kadhafi devait partir ?

Hugh Roberts *

Kadhafi est mort et l’OTAN a livré une guerre en Afrique du Nord pour la première fois depuis la défaite de la France par le FLN en 1962. Le seul et unique « état des masses » du monde arabe, la Jamahiriya Arabe Libyenne populaire et socialiste, a mal fini. Par contraste avec le coup d’état du 1er septembre 1969 qui renversa le roi Idris et porta Kadhafi et ses collègues au pouvoir sans verser de sang, la campagne faite de rébellion/guerre civile/bombardements de l’OTAN et destinée à protéger les civils a provoqué plusieurs milliers de morts (5000 ? 10.000? 25.000?), des milliers de blessés et ces centaines de milliers de réfugiés ainsi que des dégâts massifs aux infrastructures du pays. Qu’est-ce que la Libye a reçu en échange de toutes ces morts et destructions qui lui ont été infligées au cours des derniers sept mois et demi?


 L’affirmation selon laquelle la « communauté internationale » n’avait pas d’autre choix que d’intervenir militairement et que la seule alternative était, de ne rien faire est faux. Une alternative active, concrète et non violente avait été proposée, et délibérément rejetée. L’argument en faveur de l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne et ensuite d’une intervention militaire employant « tous les moyens nécessaires » était qu’il n’y avait pas d’autre moyen pour faire cesser la répression et protéger les civils. Et pourtant, beaucoup ont rappelé que la façon de protéger les civils n’était pas d’intensifier le conflit en intervenant en faveur d’un camp ou d’un autre, mais d’y mettre fin en instaurant un cessez-le-feu suivi de négociations politiques. Le International Crisis Group, par exemple, où j’ai travaillé pendant un temps, a publié une déclaration le 10 mars proposant une initiative en deux points : 1) la formation d’un groupe de contact ou d’un comité issu des voisins nord-africains de la Libye et d’autres états africains avec un mandat pour négocier un cessez-le-feu immédiat; 2) initiation par le groupe de contact de négociations entre les protagonistes en vue de remplacer le régime actuel par un gouvernement moins autoritaire, plus représentatif et respectueux de l’état de droit. Cette proposition fut reprise par l’Union africaine et représentait le point de vue de nombreux pays non africains – la Russie, la Chine, le Brésil et l’Inde, sans parler de l’Allemagne et la Turquie. Cette proposition fut confirmée de façon plus détaillée (en ajoutant une clause pour le déploiement d’une force de maintien de la paix sous mandat de l’ONU et chargée de faire respecter le cessez-le-feu) dans une lettre ouverte au Conseil de Sécurité de l’ONU le 16 mars, la veille du débat qui allait adopter la résolution 1973. En bref, avant que le Conseil de Sécurité ne vote en faveur d’une intervention militaire, une proposition complète avait été présentée pour répondre à la nécessité de protéger les civils en tentant de faire cesser les combats, et pour jeter les bases d’une transition ordonnée vers une forme de gouvernement plus légitime, qui éviterait le risque d’un effondrement brusque dans l’anarchie, avec tout ce que cela signifierait pour la révolution tunisienne, la sécurité des pays voisins et pour la région dans son ensemble. L’imposition d’une zone d’exclusion aérienne constituait un acte de guerre : chose que le secrétaire à la défense AMÉRICAIN, Robert Gates, a confirmée devant le Congrès (US) le 2 mars. Une telle décision nécessitait, en guise de préliminaire, la destruction des défenses aériennes de la Libye. En autorisant une telle mesure et « tous les moyens nécessaires », le Conseil de Sécurité a choisi la guerre alors qu’aucun autre moyen n’avait encore été tenté. Pourquoi?

Lire l'ingégrale de l'article en trois partie


Source Le Grand Soir

* ancien directeur du projet Afrique du Nord de International Crisis Group de 2002 à 2007 et de février à juillet 2011. Il occupera bientôt le poste de professeur d’Histoire d’Afrique du Nord et du Moyen Orient à Tufts University.


Traduction « il fallait bien se mettre à trois » par VD, CL et Emcee (des bassines et du zèle) pour le Grand Soir avec probablement moins de fautes et de coquilles que d’habitude

dimanche 27 novembre 2011

Syrie, recrutement d’escadrons de la mort par l’ambassadeur des États-Unis

L’ambassadeur des États-Unis en Syrie en charge du recrutement d’escadrons de la mort arabes et musulmans

Cet article publié en septembre 2011 par Wayne Madsen * peut aider à comprendre ce qui continue à se passer aujourd’hui en Syrie. (Silvia Cattori)

L’ambassadeur américain en Syrie, Robert S. Ford
WMR a été informé par des sources fiables que l’ambassadeur américain en Syrie, Robert S. Ford, est le fonctionnaire clé du Département d’État responsable du recrutement d’« escadrons de la mort » arabes auprès des unités affiliées à Al-Qaïda en Afghanistan, en Irak, au Yémen, et en Tchétchénie, pour lutter contre l’armée et les forces de police syriennes dans la Syrie assiégée. Ford a servi comme « Political Officer » à l’ambassade des États-Unis à Bagdad de 2004 à 2006 sous l’ambassadeur John Negroponte qui fut ambassadeur des États-Unis au Honduras de 1981 à 1985. Negroponte a été un personnage clé dans le programme secret des États-Unis pour armer les Contras du Nicaragua et dans le soutien aux unités paramilitaires criminelles au Salvador et au Honduras qui lui a valu le surnom de « Mr. Death Squad » (« Monsieur Escadron de la Mort ») .

Negroponte a chargé Ford de mettre en œuvre l’« option El Salvador » en Irak, par l’utilisation de milices chiites irakiennes et de Pechmergas kurdes pour assassiner, enlever, et torturer des dirigeants irakiens de l’insurrection, en Irak et à travers la frontière avec la Syrie. L’opération a été baptisée d’après les opérations d’Escadrons de la Mort de Negroponte en Amérique centrale dans les années 1980.

Ford est devenu le pivot du recrutement d’Arabes et de musulmans du Moyen-Orient et d’ailleurs pour mener la guerre contre les forces de sécurité loyales au président syrien Bachar al-Assad. Les terroristes soutenus par les États-Unis ont non seulement mené des attaques contre les forces de sécurité syrienne, mais ont aussi massacré des civils dans des opérations sous « faux drapeau » attribuées par la suite aux forces du gouvernement syrien. WMR a été informé que les opérations de Ford en Syrie étaient menées avec l’aide du Mossad israélien.

L’option « El Salvador » a également été utilisée en Libye, où des miliciens d’Al-Qaïda, venant d’Irak, d’Afghanistan et du Yémen, ont perpétré des meurtres contre des civils libyens, surtout des Libyens noirs et des travailleurs immigrés africains, pour le compte du gouvernement libyen rebelle. Certains de ces meurtres de civils ont été attribués aux forces de Mouammar Kadhafi, mais ils ont, en fait, été perpétrés par les unités d’Al-Qaïda combattant aux côtés des rebelles, sous la direction de la CIA et du MI-6. Ford a fourni des conseils aux rebelles libyens sur la façon de mener leurs attaques d’escadrons de la mort.

De 2006 à 2008, Ford a servi comme ambassadeur des États-Unis en Algérie, une nation qui s’oppose au gouvernement rebelle libyen et qui a commencé à voir apparaître une résurgence d’attaques terroristes d’« Al Qaïda » contre des cibles du gouvernement algérien. En fait, l’Algérie est considérée comme le prochain domino à faire tomber dans le cadre de la totale hégémonie militaire et politique que les États-Unis cherchent à établir sur l’Afrique du Nord.

WMR a appris par une source qui a été récemment en Libye que le gouvernement rebelle libyen de transition a accepté d’autoriser les États-Unis à établir des bases militaires permanentes en Libye, y compris à la frontière algérienne. Les rebelles ont également convenu de permettre à un états-unien de servir en qualité de « chief political officer » (« chef de la direction politique ») de l’organisme consultatif libyen de transition qui va être mis en place par l’OTAN et les Nations Unies. Cet organisme sera calqué sur le modèle de l’« Autorité provisoire » de la coalition en Irak.

Wayne Madsen
opinion-maker.org, 12 septembre 2011


* Wayne Madsen est un journaliste d’investigation, auteur et chroniqueur résidant à Washington, DC. Il a écrit pour plusieurs journaux de renom, et des blogs. Madsen est un contributeur régulier de Russia Today. Il est apparu fréquemment comme commentateur de questions politiques et de sécurité nationale sur Fox News et il est également apparu sur ABC, NBC, CBS, PBS, CNN, BBC, Al Jazeera, et MS-NBC.

LE CANADA DE HARPER SE MILITARISE (vidéo)

Extrait de l'article
Le Canada se militarise tambour battant
par Brian Barton paru le 21 mars 2011

Depuis son arrivée au pouvoir en 2006, le gouvernement Harper a fait passer le budget militaire de 14,8 milliards $ à 21,2 milliards $ en 2010 : une augmentation de 44 %. Il a aussi procédé à des achats d’équipements militaires pour une somme totale de 48 milliards $ sans compter l’entretien et les autres coûts connexes. Mais encore, il a également prévu « ficeler » le budget militaire canadien pour les 20 prochaines années en annonçant déjà qu’il y consacrera au total 490 milliards $ pendant cette période.

Ce gouvernement « faucon » a très nettement orienté son action en faveur d’une militarisation croissante de la société canadienne, ce qui s’est traduit non seulement par des dépenses gigantesques, mais aussi par un changement marqué du rôle des forces armées canadiennes. Alors qu’auparavant, celles-ci jouaient plutôt un rôle actif dans les opérations de maintien de la paix, elles sont maintenant plutôt utilisées comme « force d’intervention et de combat » par les Conservateurs. Dans ce dernier cas cependant, il faut quand même dire que ce sont les Libéraux qui avaient d’abord montré la voie en autorisant la mission en Afghanistan.

Hommage à la mission en Libye
Tout cela fait en sorte que le Canada se « militarise » progressivement. Une militarisation qui se réalise pas à pas, une annonce gouvernementale à la fois. Plus les pions prendront leur place sur l'échiquier, plus la tendance sera difficile à renverser.


La preuve nous a été donnée avec l'intervention en Libye...



Source du vidéo Wide open exposure


VOIR DOCUMENT  DES INDUSTRIES QUI FONT DES AFFAIRES ICI

Capture d'image clic pour agrandir ...voir document cité ci-dessus

samedi 26 novembre 2011

Les baveux de l'OTAN risquent de récolter ce qu'ils sèment

À force de semer la discorde chez les peuples et violer la souveraineté des États (exemple récent de la Libye), l'OTAN est en voie de subir ce qu'elle sème depuis déjà trop longtemps.

Si on se fie au titre de nos médias, « l'Iran menace d'attaquer les installations de l'OTAN en Turquie » et « Le Pakistan va reconsidérer ses relations avec Washington et l'OTAN » le 21e siècle, risque de connaitre des cauchemars aussi grands que le siècle précédent...

Nos va-t-en-guerre (Sarko, Cameron, Obama, Harper...) pris dans la tourmente des crises économiques qui les secouent, cherchent une solution dans la confrontation avec des régimes qui résistent à leurs visées et à leur expansion... c’est dans la nature même de l’impérialiste de susciter les guerres... et qui n'est pas une nouveauté historique.

Avec la montée de la droite et de l'extrême droite dans les pays impérialistes, allons-nous vers un retour à la barbarie? Il semblerait que la voie est ouverte et nos médias y contribuent en montant en épingle des faits divers qui encouragent d'une part l'islamophobie... et justifient le prétexte des guerres dites « humanitaires »...

La mondialisation c'est l'impérialisme et la négation du droit à la souveraineté, donc du droit des nations à disposer à leur guise de leurs ressources et de leur mieux-être. L'impérialisme ne connait pas la démocratie, il ne l’utilise que pour s'ingérer dans les affaires intérieures et dicter sa loi en utilisant ses valets de services.

La phrase célèbre de Marx est toujours d’actualité :
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous

Le Pakistan va reconsidérer ses relations avec Washington et l'OTAN
La Presse

Nucléaire: l'Iran menace d'attaquer les installations de l'OTAN en Turquie
La Presse

Mali, Otages français, mercenaires, géologue ou les deux à la fois?

Philippe Verdon
Deux Français présentés comme des géologues travaillant pour une entreprise malienne, Philippe Verdon** et Serge Lazarevic...enlevés à leur hôtel d'Hombori.(1)

Qui sont les deux ressortissants français enlevés au Mali dans la nuit de mercredi à jeudi?

Les deux otages français seraient des « recruteurs de mercenaires » (2)
Par Mounir Abi

Présentés, au départ, comme étant des géologues, l'identité des deux otages, ou plutôt le motif de leur présence dans ce pays ne semblent pas être clairement établis. Selon la radio Europe 1, les deux otages seraient « connus des services secrets français ».

Et pour cause! La radio explique que l'un des otages, d'origine hongroise, aurait participé, en 1997, au recrutement de mercenaires de l'ex-Yougoslavie envoyés combattre au Zaïre et ils auraient fait partie, deux ans plus tard, d'un « réseau clandestin » en Serbie. Le second, selon la même source, aurait été arrêté en septembre 2003 aux Comores pour avoir voulu renverser le pouvoir du colonel Azali Assoumani dans une tentative de coup d'État.

Interrogé par Reuters, le ministère français des Affaires étrangères s'est refusé à tout commentaire sur la personnalité des otages, « comme c'est la règle dans ce genre d'affaire », a rapporté la radio. Si l'information d'Europe 1 est vérifiée, il est des questions qu'il faudrait, inévitablement, se poser.

** TV5  Mali: le passé trouble de deux otages français

Libye, Bisbille au sein du CNT Libyen

Il fallait s'attendre à ça. Les vautours qui ont alimenté ce soulèvement qui n’avait rien de populaire se querellent maintenant pour la répartition du butin... Leur souveraineté a été violée avec l'aide des pays impérialistes impliqués et de l'OTAN, son bras armé... Les élites peuvent bien discourir et donner l'illusion que la liberté de paroles est de retour en Libye, mais c'est encore un leurre pour nous faire gober encore plus de couleuvres.
L'ancien ministre du Pétrole et des Finances, Ali Tarhouni
Ali Tarhouni,* qui a été l'une des principales personnalités des autorités transitoires libyennes, mais ne siège pas au gouvernement dévoilé cette semaine, s'est livré jeudi soir à un réquisitoire contre les nouvelles autorités du pays. « Les voix que nous entendons aujourd'hui sont les voix de l'élite, les voix du Conseil national de transition qui n'a pas été élu, les voix d'autres personnalités soutenues de l'extérieur par l'argent, les armes et les relations publiques », a-t-il dit.

La question cruciale du pétrole

Pressenti pour prendre la tête du ministère des Finances dans le gouvernement qui a prêté serment jeudi, il dit avoir refusé d'y participer en raison des défis de la période de transition et parce qu'il souhaitait conserver sa liberté de parole. « J'aperçois un danger pour la souveraineté de la Libye, j'aperçois une menace contre les richesses du peuple libyen », a-t-il poursuivi jeudi soir sans plus de précision (1) (ce n’est pas ce que La Presse laisse sous-entendre). Ali Tarhouni juge en outre que le Conseil national de transition a « lamentablement échoué » dans sa tentative de fédérer les nombreuses milices armées issues du soulèvement contre Kadhafi.

Énumérant les défis de la Libye nouvelle, il estime que la sécurité des installations pétrolières du pays est une question cruciale. « J'ai l'espoir que le gouvernement prendra cette tâche au sérieux », a-t-il ajouté.

Source Le Point

* M. Tarhouni, ancien professeur d'économie et de finance à l'Université de Washington.
1— Ali Tarhouni, ancien ministre du Pétrole et des Finances, a aussi laissé entendre, lors d'une conférence de presse tard jeudi soir, qu'au moins une de ces puissances étrangères s'ingère de façon excessive dans les affaires internes de la Libye, une apparente référence au Qatar.
Extrait de l'article :
Un ex-ministre libyen bien en vue critique le gouvernement de transition

Président Ciel 2012 , Proletarium (vidéo)

Le 15 avril 2012, le soir du premier tour des élections présidentielles, la France a vu trois candidats sortir du lot.
J’ai bien dit trois et pas deux. C’est une première!
Comique, tragique ou historique… c’est à vous d’apprécier.
Trois candidats, ex æquo avec 33 % chacun, c’est du jamais vu et seulement 1 % pour tous les autres prétendants.
Pour les amateurs de probabilités et encenseurs de statistiques, c’est la fin du monde ou l’inexplicable intervention d’une main invisible qui a distribué à une voix près la volonté du peuple de France en trois parts égales… 33 % chacune. D’où le nom attribué à ce premier tour : « les trois ânes »… par une agence de connotation.
Les voici… les voilà… je vous prie de ne pas pleurer… de rire :
B.H.S./Bayrou, Hollande, Sarkozy. La triplette qui bat de l’aile.
La bonne mauvaise nouvelle : les français ne voteront pas le dimanche 22 avril préférant faillir à leurs devoirs civiques que passer pour des cons…
Conclusion : à l’image de leurs voisins belges, les Français se sont retrouvés pour la première fois dans la peau de l’âne de Buridan : qui creva de faim parce qu’il était incapable de choisir entre trois lots d’avoine identiques.
Il est vrai que seul un âne pourrait les départager.
Je préviens les mauvaises langues que ce n’est pas Eva Joly qui écrit mes textes, même si l’actualité le laisse supposer.

Deuxième version… et croyez moi que ce n’est pas pour faire diversion.
Pendant qu’on y est, pourquoi ne pas songer à une hypothèse encore plus improbable.
Toujours trois finalistes… 3 fois 33 pour sang (S’A N G) et nous revoilà au soir du dimanche 15 avril qui va rester dans les anales et attirer les observateurs du monde entier. Parce que nos trois candidats sont les seuls à apporter un véritable changement, que dis-je un véritable bouleversement de notre manière de vivre ensemble ou séparément?
Les seuls à promettre moins que ce qu’ils peuvent, à réaliser plus que ce qu’ils prétendent. Les seuls, je dis bien les seuls à nous garantir une véritable Rupture.
L’incroyable a eu lieu puisque la France a enfin osé s’affranchir de son esprit de sérieux t de sa raison lourdingue en votant pour des candidats jusqu’aux boutisses qui ne manquent ni de poivre, ni de sel.
Les voici… les voilà… je vous prie de ne pas éteindre votre poste parce qu’il n’y a pas plus réel que l’imaginaire.





PROLETARIUM



Nous vivons dans un pays ou 80% des gens sont pauvres
Qui n’ontjamais goûté et ne gouteront jamais les fruits de la croissance
Supporter la crise, c’est leur seule et unique chance
La moitié d’entre nous vit en dessous du seuil de pauvreté
Nous ne vivons plus, nous survivons!
Nous ne rêvons plus, nous crevons!
Nous sommes les nouveaux prolétaires
Les plus nombreux sur cette terre
Non, nous ne réclamons pas notre part du gâteau…mais du pain et de l’eau
La lune pour chacun et le soleil pour tous… gratuitement etgracieusement
Petits, moyens et grands bourgeois
Qu’avez-vous fait de l’air et de la lumière ?
Des billets de banque et des centrales nucléaires
Qu’avez-vous fait de l’argent des petites gens?
Des casinos qu’on ouvre. Des entreprises qu’on ferme !
Non, nous ne voulons pas nous enrichir
Parce que c’est toujours aux dépens de quelqu’un
Nous sommes les nouveaux prolétaires
Et nous nous apprêtons à vous faire la guerre
Nous ne voulons plus avoir de problème de subsistance
Nous avons pleinement droit à l’existence
Petits, moyens et grands bourgeois
Votre spectacle est abominable, remboursez!
Nous sommes pauvres et désarmés
Mais défoncés, indignés et enragés
Nous nous apprêtons à vous renverser
Où ? Quand ? Comment ?
Ça y est! Vous nous craignez déjà!
Et vous faites semblant de nous ignorer
Je vais vous dire ce qui vous attend
On va cesser d’avaler vos couleuvres
Et mettre à terre votre système planétaire
On n’achètera et ne vendra plus rien
Que ce qui est naturel et nécessaire
Au feu les gadgets et les objets abjects
Œil pour œil
Vous n’ouvrirez plus le vôtre
Tant que nous ne pourrons pas fermer le notre…
Camarades… On arrête cette machine infernale
On ne collabore plus avec les forces du mal
On bloque le marché… jusqu’à ce qu’on soit tous rétribués
Pour la décence… J’appelle à un bouleversement dans tous les sens
Et pour commencer une grève des échanges
Silence…

Source Journal de personne

L’indignée



Plus besoin de leader
ni de maître chanteur
juste d’un Lied… pour faire le vide

AMOR MIO , SI MUERO …

un chant pour rattraper le temps
nous ne craignons plus la tourmente
les tourmenteurs
menteurs… bonimenteurs
qui se nourrissaient de nos malheurs
Non… nous ne sommes plus tourmentés
mais remontés comme jamais
sans la moindre intervention d’un horloger
L’heure, c’est nous qui la fixerons
tic… tac … tic…tac … Boum !
Plus besoin de berger, nous ne sommes plus un troupeau
pas une âme de trop…
des âmes au top… et hop ça galope !
La plus jeune soutient le plus vieille
la plus sage retient la plus folle
Rien ne va plus pour les créanciers
parce qu’on sait désormais
sur quel chiffre, il faut miser
pour faire sauter les banques du monde entier
Zéro…
il faut repartir de zéro
avec notre destin entre les mains
parce que nous savons désormais
qu’il est dangereux de s’attacher
aux pas de ceux qui nous ont précédé
Quitte à errer, errons pour notre propre compte
Quitte à mourir… mourrons en remontant la pente
en chœur… et par cœur…
les maîtres sont morts
et avec eux, les raisons et les torts
Embrassons-le sur la bouche
ce tirage au sort qui nous dit :
encore ! Encore ! Et encore !
Signez : l’indignée…

Source Journal de personne

vendredi 25 novembre 2011

Michel Collon vs F. Encel sur la Libye (vidéo)

Frédéric Encel ses travaux et publications portent sur les questions stratégiques... la défense de la laïcité et l’ÉGALITÉ des FEMMES...

Y a pas anguille sous roche? Pour quelqu'un qui défend la laïcité et l'égalité des femmes, je le trouve plutôt bienveillant à l'égard de cette montée de l'islamisme. Je crois qu'on a à faire à un CHARLATAN qui change ses convictions quand ça l'arrange.
Bravo, à Michel Collon



À lire :
Libye, Le Canada a violé les résolutions de l'ONU (vidéos)
On y trouve un article sur la vente de drone canadien au CNT libyen.


Version intégrale de l'émission

Libye, Le Canada a violé les résolutions de l'ONU (vidéos)

Hommage inusité aux soldats rentrant de Libye
Le discours de Charles Bouchard  vidéo ICI
Et celui de Harper ICI
D'autres vidéo ICI

Il faut écouter ces discours des va-t-en-guerre Bouchard et Harper et les énormités mensongères... ils n'ont pas fait de victimes! C'était une guerre Nitendo... C'est effrayant, mais où s'en va notre pays?



Un drone canadien pour les insurgés libyens
Par Joël-Denis Bellavance

Lawrence Cannon
Le gouvernement Harper tenait à une fin rapide et victorieuse de la mission des soldats canadiens en Libye. À preuve, l'ancien ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon a personnellement donné le feu vert à la vente d'un drone fabriqué par une entreprise canadienne aux insurgés libyens en avril.

Le Conseil de sécurité des Nations unies avait adopté une résolution, le 26 février, interdisant la vente d'armes ou l'attribution d'aide militaire à la Libye.

Le gouvernement Harper a vu une porte s'entrebâiller quand le Conseil de sécurité a adopté une autre résolution, le 17 mars, autorisant les États membres « à prendre toutes mesures nécessaires [...] pour protéger les populations et les zones civiles menacées d'attaque » par les forces libyennes.

Les pays qui désiraient « prendre des mesures » devaient aviser au préalable le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon...

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France estimaient que cette résolution permettait l'exportation d'armes ou d'équipement militaire aux insurgés. Mais la Russie, la Norvège et la Belgique ont rejeté cette interprétation...

Partenaire d'une entreprise de drone Israël Québec
De toute évidence, le Canada s'est résolument rangé du côté de ses plus fidèles alliés en donnant le feu vert à l'exportation du drone, démontrent des documents que La Presse a obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information...

Le 11 avril, M. Cannon a ainsi signé les documents autorisant l'entreprise de Waterloo Aeryon Labs à vendre cet équipement à la société d'Ottawa Zariba Security Corporation. Celle-ci s'est ensuite chargée de remettre le drone aux insurgés libyens et de leur donner la formation nécessaire pour l'utiliser contre les troupes de Mouammar Kadhafi.

C'est le Conseil national de transition qui a entrepris les démarches auprès d'Aeryon Labs, peu de temps après le début du soulèvement, pour acheter le fameux drone, un miniavion robotisé de 80 cm de diamètre et d'un poids de 1,5 kg qui permet d'espionner les forces ennemies grâce à une caméra haute résolution.

Il a été impossible, hier, de savoir si le gouvernement Harper avait autorisé la vente d'autres équipements militaires aux insurgés libyens pendant la mission qui a duré sept mois.

Source La Presse

Syrie, ce que nos médias ne montre pas (Vidéo)

C’est le Canard enchaîné, dans son édition du 23 novembre, qui a levé le lièvre – un « lièvre » de belle taille : des officiers de la DGSE, le service de contre-espionnage français, ont été envoyés au nord du Liban et en Turquie avec pour mission d’instruire et de structurer les « contingents » de l’Armée syrienne libre, censée regrouper des « milliers » de « déserteurs » syriens. Et dont le chef nominal, le colonel Ryad al-Asaad, se trouve précisément réfugié en Turquie depuis deux mois. Selon le Canard, « plusieurs membres du service Action de la DGSE et le “Commandement des opérations spéciales” (COS) sont déjà prêts en Turquie, s’ils en reçoivent l’ordre, à former ces déserteurs à la guérilla urbaine. » Interrogé, un officier de haut rang de la Direction du renseignement militaire confirme l’info, indiquant que ce sont les Français et les Britanniques qui ont pris l’initiative de rencontrer les responsables de l’ASL. Plus inquiétant encore, l’hebdomadaire affirme qu’une « intervention limitée » de l’OTAN est en préparation contre la Syrie chez les cerveaux malades et atlantistes de l’Élysée. S’agirait-il, avec le concours de la Turquie, d’aider l’ASL à créer un embryon de « territoire libéré » dans le nord du pays? En ce cas, décidément, l’armée syrienne a bien fait de se redéployer tout au long de sa frontière avec la Turquie.

Extrait de La dernière folie de Sarkozy : la DGSE au secours de l’ASL !
SEN revolution.com


La Syrie aime Bashar Alassad (Karbalaqsa) par Karbalaqsa



SYRIE Manifestation de soutien à Bachar Al Assad... par inet

Nimésis Tv

jeudi 24 novembre 2011

Libye, le Gouverneur militaire de Tripoli arrêté avec un faux passeport

Abdel Hakim Belhadj, Gouverneur militaire de Tripoli, a été arrêté à l’aéroport de… Tripoli avec une forte somme d’argent dans ces valises et un faux passeport.

Mustafa Abdul Jalil a demandé aux officiels de l’aéroport de le laisser partir vers un autre pays...


Entre Abdel Hakim Belhadj, pourtant Gouverneur militaire de Tripoli, arrêté à l’aéroport de… Tripoli, Bani Walid qui redevient vert peu à peu malgré les renforts des renégats sur place, on ne peut pas dire que la « révolution » libyenne est une réussite. Et, on assiste aussi à la fin de la torpeur qui avait envahi les populations suite à la terreur orchestrée par l’organisation terroriste nommée OTAN. Que va-t-il se passer demain?

Canada, Mission en Libye : une cérémonie en l'honneur des militaires

Dans mon pays le gouvernement célèbre la victoire de criminels de guerre

Le premier ministre Stephen Harper et le gouverneur général David Johnston rendent hommage aux militaires pour leur implication dans la mission de l'OTAN en Libye, jeudi.

Ils prennent part à une cérémonie officielle sur la colline du Parlement visant à reconnaître le travail des femmes et des hommes qui ont participé à la campagne militaire contre le régime dictatorial de Mouammar Kadhafi. (Je croyais qu’ils étaient là pour protéger les civils, mais ils ont fait près de 50,000 victimes, merveilleux qu'ils ne soient pas en prison... On a condamné Mom Boucher à 25 ans pour avoir commandé le meurtre de deux gardiens de prison.)

Les avions canadiens se sont envolés pour des missions à des dizaines de reprises au-dessus de la Libye au cours du printemps et de l'été, alors qu'une frégate patrouillait au large du pays.

La cérémonie prévoit notamment que plusieurs avions des Forces canadiennes, dont des CF-18 et un gigantesque avion de transport C-17, survoleront les dignitaires et les militaires réunis.

Le gouverneur général remettra la Croix du service méritoire au lieutenant-général Charles Bouchard, qui dirigeait les forces de l'OTAN en Libye durant la mission.

M. Bouchard recevra notamment cette décoration pour avoir fait honneur à son pays en prenant la tête des forces de l'OTAN dans le pays, selon les notes du gouvernement.

Source La Presse